Le service diplomatique va-t-il perdre son directeur Europe/Asie centrale ? (Maj)

(BRUXELLES2) La victoire des socio-démocrates en Slovaquie pourrait avoir une implication directe sur le service diplomatique (SEAE). Miroslav Lajcak (Lajčák), actuel directeur du département Europe et Asie centrale, est pressenti pour prendre la tête de la diplomatie slovaque. Robert Fico, le nouveau Premier ministre (SMER), voudrait en effet constituer un gouvernement doté d’une assez large assise, avec des personnalités reconnues, et pas uniquement les membres du parti. Miroslav Lajcak a l’avantage d’être déjà connu du nouveau dirigeant slovaque. Il a, en effet, été son ministre des Affaires étrangères (en 2009) avant de partir pour le service européen des affaires extérieures (SEAE).

Plutôt qu’un départ de Bruxelles, c’est un retour à Bratislava. Lajčák dispose d’une expérience fournie, et non marquée politiquement. En poste dans plusieurs ambassades (notamment à Moscou, Tokyo et Belgrade), il a été chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères jusqu’en 1994 de Jozef Moravčík, le premier ministre des Affaires étrangères de la Slovaquie (issu du mouvement VPN “peuple contre la violence”, équivalent du Forum civique à Prague, puis membre du HZDS le parti conservateur de V. Meciar). Il a servi également Haut représentant de l’ONU et de l’UE en Bosnie-Herzégovine en 2007-2009. Son nom avait même été avancé, un moment, pour être le représentant slovaque à la Commission européenne (en 2009).

La politique des Balkans est citée partout comme un exemple de réussite du service diplomatique européen et plus généralement de l’Union européenne. Il faudra alors trouver des “solutions opérationnelles” pour son remplacement, assure la porte-parole de la Commission Pia Ahrenkilde, précisant ne pas avoir reçu de demande expresse.

(Maj 14 mars) Le départ pour Bratislava a été confirmé à B2 par un proche du directeur du département.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).