Dernières nouvelles de la piraterie (4 mars 2012)

(BRUXELLES2)

Un dhow capturé par les pirates

Un dhow de pêcheurs a été capturé par les pirates, le 28 février, à environ 150 miles au nord de l’ile de Socotra (15° Nord et 54° Est). Il pourrait être utilisé comme bateau-mère par les pirates, selon les forces maritimes anti-piraterie.

… et un navire marchand capturé

Le Mv Royal Grace a été capturé par les pirates le 2 mars à l’est d’Oman (21° Nord et 62° Est). Après une attaque vers midi UTC, dans le Golfe d’Oman à 21° Nord 62° Est, le chimiquier battant pavillon panaméen a pris la route de la Somalie avec à son bord 22 marins (Indiens, Pakistanais et Nigérians). Un mail reçu par les propriétaires du navire a confirmé l’acte de piraterie. Les pirates appartiendraient au clan Majeerteen selon Somalia Report

Attaque déjouée sur un navire marchand…

Le Mv Spiliani, battant pavillon des Iles Marshall, a été attaqué le 28 février en début de matinée par les pirates dans le détroit de Bab-el Mandeb (à 12° Nord, 43° Est) par deux skiffs pirates. Des tirs ont été échangés. L’attaque repoussée.

(crédit : marine allemande / Eunavfor)
… et libération d’un dhow indien

L’hélicoptère du FGS Berlin envoyé sur place a repéré le skiff pirates, et un dhow dénommé Ashma, battant pavillon indien utilisé apparemment comme bateau-mère par les pirates. 25 marins indiens semblaient à bord. Ceux-ci ayant menacé de s’en prendre aux otages, le FGS Berlin est resté à distance. La nuit venant, les deux skiffs pirates ont cependant été détruits par l’hélicoptère allemand, sur ordre du commandant, pour couper court à toute possibilité d’attaque supplémentaire. Les pirates ont négocié de pouvoir poursuivre jusqu’à la côte somalienne puis de relâcher l’équipage et le dhow indien. L’équipe d’abordage du navire allemand a pu ensuite visiter le dhow, 4 membres d’équipage ont alors reçu des soins médicaux. Et après remis de nourriture et d’eau à l’équipage indien, le dhow a pu continuer sa route jusqu’à son prochain port d’escale.

Procès du Taipan : Un des suspects avoue “tout était organisé”

Dans le procès qui se tient à Hambourg (Allemagne), un des accusés a fait, fin février, des aveux complets et fourni des détails nouveaux sur l’attaque du cargo de Hambourg, le “Taipan”. Loin de la version initiale qui disait qu’ils avaient été forcés de faire un raid sur le cargo, en avril 2010, l’homme âgé de 29 ans a raconté : « Nous avons tous voulu prendre part à l’attaque. Tout le reste c’est un conte de fées. » La division des rôles était claire. « Nous avons été engagés, tout le monde connaissait son métier. » Lui-même avait « été embauché comme interprète pour parler avec l’équipage. » Et ses complices avaient reçu des fusils d’assaut Kalachnikov et des lance-roquettes, des commanditaires. Des modalités précises avait été précisées, que ce soit pour le traitement des otages que pour la répartition de la rançon, consignées par écrit. « Tout le monde l’a signé. »

La police maritime du Puntland à Eyl

Les forces de la police maritime du Puntland sont entrés dans Eyl, signale Somali Report le 3 mars. Et ils ont commencé la construction d’une petite piste d’avions, d’un puits, pour établir une base destinée aux opérations anti-pirates. Le Puntland a récemment recruté 400 personnels supplémentaires, ce qui devrait porter la police maritime à environ la moitié des effectifs prévus de 1000 hommes. Eyl qui était auparavant le repère du roi des pirates, Boyah, aujourd’hui emprisonné à Bossasso, avait été libéré des pirates depuis la mi-2010 qui avaient préféré s’en aller vers des repères plus tranquilles vers le Gamadug.

Lire aussi cette semaine :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).