5 ministres de l’UE lancent un avertissement à l’Ukraine

(B2) Cinq ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne – Carl Bildt, William Hague, Karel Schwarzenberg, Radoslaw Sikorski et Guido Westerwelle (*) – ont pris leur plume pour s’inquiéter de l’évolution de l’Ukraine. C’est dans le New-York Times. Ils ne cachent pas leurs « préoccupations croissantes concernant l’état de la démocratie en Ukraine (où) les médias indépendants et les organisations de la société civile rapportent la pression des autorités. » La condamnation de personnalités politiques comme l’ancien Premier ministre Ioulia Timochenko, d’une douzaine d’autres responsables politiques de l’opposition, et plus récemment de l’ancien ministre de l’Intérieur, Iouri Loutsenko (condamné à 4 ans de prison) sont la « marque d’une justice sélective et à motivation politique qui ne respectent pas les principes de l’état du droit et du respect des droits (à la défense) des accusés » soulignent-ils. Ces développements sont « incompatibles avec le propre choix européen de l’Ukraine ». « Démocratie, droits de l’homme et la primauté du droit sont les valeurs qui sous-tendent l’accord d’association (…) avec l’UE. » Les signataires se tournent vers le leader ukrainien lui demandant de ne pas franchir un pas de plus dans l’étouffement de la démocratie, à l’occasion des prochaines élections législatives, en octobre prochain. « Ce sera un test décisif pour la démocratie. Ce jour-là, les yeux de la communauté internationale seront rivés sur l’Ukraine, avec l’espoir et l’attente que le pays saura ne pas revenir sur sa tradition d’élections libres et équitables. Il faut s’assurer que l’opposition soit autorisé à participer pleinement. » « Nous tenons à souligner que, finalement, c’est la responsabilité du gouvernement pour s’assurer que tous les partis politiques, y compris l’opposition et ses dirigeants, sont en mesure de participer sur un pied d’égalité. Nous appelons l’Ukraine à envoyer rapidement une invitation de l’OSCE et à ouvrir la voie à une mission d’observation internationale substantielle. »

(*) ministres de Suède, du Royaume-Uni, de république Tchèque, de Pologne et d’Allemagne

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).