Le Lübeck force les pirates à abandonner un de leurs bateaux-mères

(Crédit : marine allemande)

(BRUXELLES2) La frégate allemande FGS Lübeck, engagée dans l’opération anti-piraterie de l’UE (EUNavfor Atalanta) n’a pas laissé de répit aux pirates qui avaient tenté de s’en prendre à un navire hauturier néerlandais MV Flintstone et réussi à libérer l’équipage (lire : Première épreuve du feu pour les VPD néerlandais).

Dès le 17 janvier, un dhow enregistré en Inde est repéré se dirigeant vers les côtes yéménites. Il a été utilisé, le matin même, comme bateau-mère par les pirates pour attaquer le MV Flintstone. Il n’y a pas de doute possible : le dhow est identifié, avec les skiffs à bord et du matériel de piraterie sur le pont. Par radio, l’équipage du Lubeck demande au dhow. Sans réaction. Idem pour les tirs d’avertissement.

Les Allemands passent alors à des tirs plus… précis. La proue du dhow est visée. Et l’hélicoptère de bord est utilisé pour neutraliser les skiffs. Davantage parait cependant difficile, précise-t-on à l’Etat-Major d’Atalanta, « les pirates menacent de s’en prendre à l’équipage et de faire feu si quiconque tentait de prendre le bateau ». Malgré tout, le Lübeck maintient la pression en restant à proximité. Onze personnes ont déjà été comptabilisés à bord du navire-mère. Le navire a quitté la direction de l’île de Socotra et se dirige désormais à vitesse réduite vers la côte somalienne. Il faut le bloquer…

Un tanker de renfort pour les pirates

Les pirates du dhow appellent alors en renfort le MV Enrico Ievoli, un tanker italien qu’ils avaient piraté en décembre dernier, avec 18 otages à bord. Dans la nuit du 19 au 20 Janvier, ils passent sur leur « bateau de soutien », transférant les blessés de l’attaque du Flintstone, abandonnent le dhow indien et prennent le cap de la Somalie. L’équipage du dhow indien (15 marins) est désormais libre ; et « en bonne santé » d’après les premières constatations du médecin de bord allemand.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).