Des Patriot à destination de la Corée du Sud interceptés en Finlande

(B2) C’est une odyssée un peu surprenante qui a permis de mettre à jour un circuit commercial de missiles Patriot, transitant d’Allemagne à la Corée du Sud. La tempête jouant, le Thor Liberty qui les transportait avait demandé à pouvoir s’abriter dans un port finlandais, à Nötö, le 9 décembre puis à Kotka. Profitant de l’escale, les autorités finlandaises ont alors découvert que le cargo transportait des marchandises peu ordinaires – 69 missiles Patriot et leurs accessoires, ainsi que 150 tonnes d’explosif. Tous matériels qui ne disposaient pas d’une autorisation préalable en matière de transit d’armes – comme l’explique le quotidien Helsingin Sanomat – et ont donc été d’abord déchargés puis mis à l’abri sur une base militaire des forces finlandaises.

Après vérification, il s’avère que l’Allemagne a bien vendu à la Corée du Sud, ces missiles. Et sa réexportation a été autorisée. Le navire a ainsi pu repartir vendredi (6 janvier), d’abord vers Tallin (pour faire le plein de fuel) puis vers le Pacifique et Shangai, Mais l’enquête continue. Le capitaine ukrainien et un autre responsable du navire ont été brièvement arrêtés pour interrogatoire. sa première destination. Ils pourraient être inculpés pour avoir mis en cause la navigabilité du navire : les explosifs étaient posés simplement sur des palettes hors de toute précaution de sécurité habituelle pour ce type de chargement. Les douanes soupçonnent également un délit à l’exportation.

Le quotidien précise que depuis 2000, la Finlande a accordé 22 autorisations de transit pour du matériel militaire. Elle n’en a refusé que deux : pour des fusils autrichiens vers l’Inde et pour des sous-marins russes vers la Chine. De son coté, la Corée du Sud a demandé l’assistance de la marine américaine pour s’assurer que le passage du bateau dans les zones de piraterie intensive puisse se faire de la façon la plus sûre possible, relate l’agence locale Yonhap.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).