Un douzième projet pour l’Agence européenne de défense ?

(Crédit : ministère espagnol de la Défense)

(BRUXELLES2) Aux 11 projets de renforcement des capacités militaires, approuvés auConseil des ministres de la Défense, le 30 novembre pourrait bientôt s’en ajouter un autre : celui sur les IED – engins explosifs improvisés. Il aurait d’ailleurs pu être présenté lors de la réunion. Il était quasiment prêt. Et un pays, l’Espagne, était prêt à en assurer le leadership ; les Espagnols disposent en effet d’un centre d’excellence sur le sujet, agréé par l’OTAN. Seulement, la transition politique en cours à Madrid ne l’a pas permis.

Ainsi que l’a indiqué un connaisseur du sujet à B2, plusieurs sujets ont fait l’objet d’un accord entre l’ancien gouvernement (socialistes) et le nouveau (populaires), pour assurer une bonne transition. Mais pas la question de la défense européenne. Si sur la lutte anti-piraterie, Carme Chacon a pu ainsi annoncer à Bruxelles sa volonté de voir prolonger l’opération anti-piraterie Atalanta, point qui semble susciter (aujourd’hui) le consensus (ce n’était pas le cas quand le parti populaire était dans l’opposition), l’implication dans des projets industriels de défense n’ont pas fait encore d’un accord entre les différents protagonistes à Madrid. Il faudra encore donc attendre quelques semaines avant que le nouveau gouvernement annonce ses intentions.  

 Lire également : L’Europe muscle sa défense. 11 projets opérationnels. Liste et détails

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).