Blindés : 1 milliard de livres pour rien

(BRUXELLES2) Le dernier rapport de la cour des comptes britannique au Parlement est sans nuances. Depuis 1998, le ministère de la défense a dépensé « 1,1 milliard £ (1,5 milliard d’euros) dans différents projets de véhicules blindés, sans aucun résultat » soulignent les auteurs du rapport. Dont 321 millions £ ont été perdus dans des projets annulés ou suspendus.

Une perte de capacité qui a pesé sur les opérations

C’est en partie à cause de ce gaspillage, de cette incapacité à fournir à des véhicules blindés, que le ministère a du recourir à la procédure d’urgence et débloquer 2,8 milliards £ pour faire face aux besoins générés par les opérations en Irak et en Afghanistan et acheter les véhicules résistant aux mines. Autre conséquence, l’usage plus important des hélicoptères pour effectuer les missions de reconnaissance ou de transport que ne peuvent pas faire des véhicules.

Indécision, ambitions trop élevées, manque de priorités 

Les coupes sévères opérées ces dernières six années se montent à 10,8 milliards £, les véhicules blindés ayant plus souffert que d’autres projets d’équipements. Elles ne laissent qu’un montant « insuffisant » – 5,5 milliards £ pour les dix prochaines années – pour fournir tous les programmes planifiés de véhicules blindés. Le ministère a été « à la fois indécis et trop ambitieux dans la définition de ses critères d’équipement, tandis que les moyens d’achat des véhicules sont trop compliqués », critique le rapport qui souligne que le travail réalisé lors de la SDSR (strategic review) n’a « pas été suffisant ». A l’avenir, il devrait avoir une approche plus « réaliste » dans ses équipements, en étant plus déterminé et en donnant des priorités claires. 

Rapport à télécharger dans les docs de B2

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).