Léopards en pleine forme cherche acheteurs bien sous tous rapports

Char Leopard 2A6 (crédit : ministère néerlandais de la Défense)

(BRUXELLES2) Après les Allemands qui négocient avec l’Arabie Saoudite des chars neufs, voici les Néerlandais qui cherchent à fourguer sur le marché international, leurs chars Leopard en surplus. Ils pensaient avoir trouvé un acheteur, en la personne de l’Indonésie, prête à leur acheter 119 tanks. Hélas… le gouvernement semble se heurter à une sévère résistance, du coté de ses parlementaires. La Seconde chambre des Pays-Bas, qui doit donner son avis, semble prête à basculer. L’opposition de gauche était contre. Elle a reçu le renfort des populistes du PVV qui sont contre « la vente de matériel militaire aux pays musulmans » comme l’a rappelé Wim Kortenoeven, le chef de groupe à la chambre. Les partis de la majorité, notamment le VVD (libéraux) sont furieux. « Cest un trou dans le budget de la défense » estime leur leader à la chambre, selon le quotidien néerlandais Telegraaf qui rapporte l’information.

Un marché de l’occasion en plein boom

Le moment est cependant crucial comme le remarque le ministre de la Défense, Hans Hillen : « Le marché du matériel d’occasion est difficile à une époque où beaucoup de pays occidentaux mettent du matériel en vente à la suite de mesures d’économies. »

L’Allemagne, de son côté, s’apprête à signer un contrat de vente de 270 chars neufs Leopard 2 de type A7 + à l’Arabie Saoudite, « la Porsche 911 des véhicules militaires », précise Die Zeit. Un contrat tout aussi contesté selon le journal allemand qui souligne de voir ces chars utilisés pour réprimer des manifestations, comme à Bahrein, où les forces armées d’Arabie Saoudite sont intervenues à l’appel de son voisin.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).