Une certaine mauvaise foi…

Le commissaire européen chargé de l’Administration, le Slovaque Maroš ŠEFČOVIČ, a fait diffuser hier un communiqué étonnant présentant la baisse des rémunérations des fonctionnaires européens. L’entame du communiqué consiste à présenter la situation “rêvée” des fonctionnaires belges – bénéficiant d’une hausse de 3,6% – à celle des fonctionnaires européens – subissant une baisse de 1,8%. Les pauvres…-:) Si la situation n’est pas heureuse, cette comparaison – précisée dès la première phrase du communiqué de presse, dans son chapô – est pour le moins tendancieuse.

Car la base des salaires et le taux d’imposition sont largement différents. C’est d’ailleurs comme si on s’amusait à comparer le salaire d’un joueur professionnel de 1ere division à celui d’un joueur de 3e division. Entre le salaire moyen d’un fonctionnaire européen (je ne parle pas des agents contractuels) et un fonctionnaire belge, on a, au minimum, un ratio de 1 à 2 environ. Si on parle de salaire net, cet écart augmente encore…

Commentaire : la Commission européenne, d’ordinaire, relativement prudente dans l’attaque d’un Etat commet, ici, une attaque nominative, d’une rare mauvaise foi. Car elle oublie les 3/4 des informations, pour se contenter d’une information simpliste, à la limite du populisme. Elle vise à dresser des catégories de fonctionnaires contre les autres, de citoyens contre leur fonction publique. Ce n’est pas sain, ce n’est pas correct.

Lire ici, le communiqué

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).