Les USA veulent agir pour promouvoir des gardes privés (maj)

(BRUXELLES2) Les ambassadeurs américains ont reçu une notice d’information visant à encourager l’utilisation de gardes privés armés sur les navires marchands qui croisent au large des côtes de la Somalie. Une notice signée par Hillary Clinton, ce qui témoigne d’un revirement de la Secrétaire d’Etat US, ainsi que le note justement Somalia Report qui révèle l’information.

Les ambassadeurs sont ainsi priés de « démarcher les gouvernements et/ou les membres de l’industrie maritime dans leur pays afin de les encourager à utiliser des Privately Contracted Armed Security Personnel (PCASP) », en clair des contractors privés. Si plusieurs pays ont autorisé l’utilisation de gardes privés sur les navires marchands battant leur pavillon, cette simple autorisation ne suffit en effet pas à faciliter cette utilisation. Il faut encore que les pays de transit ou portuaire autorisent le port d’armes sur ces navires. Ce qui n’est pas le cas partout. Ainsi l’Egypte – qui contrôle le canal de Suez – interdit la présence d’armes ou de gardes armés. Ou du moins l’interdisait. Car cette interdiction vient d’être levée – ainsi que le rapporte Jean Guisnel (Le Point) – avec un encadrement (notification par lettre des différentes armes). D’autres restreignent l’usage de ces armes dans leur port. Enfin plusieurs pays – comme l’Erythrée ou la Somalie – font l’objet d’un embargo international sur les armes.

Une version confirmée officiellement par Andrew J. Shapiro, le secrétaire adjoint du Bureau des affaires politico-militaires, lors d’une séance à laquelle assistaient plusieurs diplomates de pays européens (britannique, néerlandais et suédois notamment) qui s’est tenue au Secrétariat d’Etat, le 9 novembre. La raison de ce changement est simple, selon lui : « il est difficile aux forces navales internationales dans la région de protéger chaque navire marchand; Et jusqu’à présent, aucun navire avec une équipe de sécurité armée n’a été piratée. » Shapiro estime ainsi que le relatif déclin du nombre de captures de bateaux tient à « l’utilisation croissante d’équipes de sécurité armée ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).