La mission de renforcement des capacités maritimes – quelques détails

(BRUXELLES2, Exclusif) La mise au point de la mission RMCB (renforcement des capacités maritimes régionales) continue d’avancer dans les groupes de travail. Même si les cailloux qui parsèment sa route ne sont pas tous enlevés. Et depuis mon dernier papier, les détails s’affinent…

Les différents groupes – politico-militaire (PMG), civil de gestion de crises (Civcom) – et l’Etat-Major ont, en effet, rendu leur avis. Le COPS – comité politique et de sécurité – en a discuté. Et le point devrait être inscrit à l’agenda du Coreper mardi, en espérant qu’il passe la rampe des ministres des Affaires étrangères, jeudi (1er décembre). Une dernière mission d’évaluation pourrait se rendre dans la région rapidement (sans doute d’ici janvier), afin de pouvoir mener à bien les derniers repérages et de pouvoir finaliser le concept d’opération (Conops). On espère arriver ainsi à une décision finale du Conseil des ministres au printemps pour un lancement avant l’été (en juin).

Civile avec expertise militaire

Cette mission sera une mission civile, financée donc par l’Union européenne – ce qui n’est pas un détail en ce moment -, mais une forte composante et expertise militaire. Elle fonctionnera en effet en lien très étroit avec d’un côté, l’opération anti-piraterie Eunavfor Atalanta et, de l’autre, avec la mission de formation des soldats somaliens en Ouganda (EUTM Somalia). Les trois missions forment ainsi un « ensemble cohérent et intégré qui correspond à la stratégie cadre adoptée par les 27 pour la Corne de l’Afrique », précise-t-on au service diplomatique européen. Elles seront donc en « coordination étroite » entre elles et placées sous la « coordination stratégique » du futur représentant spécial pour la Corne de l’Afrique qui devrait être nommé rapidement (enfin dès qu’on pourra :-)).

Durée : deux ans

La mission pourrait durer deux années ; renouvelable ou amendable éventuellement. Une première évaluation devrait en effet se dérouler à l’issue de la première année.

Basée en grande partie à Djibouti

La mission consistera essentiellement à former les différents personnels locaux (somaliens et de la région). Toute la difficulté est de savoir si elle pourra être réellement déployée en Somalie. En fait, la mission pourra être essentiellement localisée à Djibouti, au Centre de formation régionale (Djibouti Regional Training Center) qui vient tout juste d’être inauguré (début novembre). Ce centre pourrait d’ailleurs être renforcé par l’action de l’Union européenne. La mission comprendra aussi un important volet : fourniture d’équipements. La participation des Etats membres, voire de pays tiers, est là requise ; car le financement par l’Union européenne (notamment au travers de l’Instrument de stabilité, ne pourra pas suffire).

Lire également :