Premier exercice de gestion de crises pour le SEAE

(BRUXELLES2) Le traditionnel exercice de gestion de crises (CME) qui a commencé le 18 novembre et se termine le 6 décembre, se déroule cette année dans un nouveau contexte. C’est en effet la première fois qu’il est organisé dans le nouveau cadre du service diplomatique européen (SEAE). Il a donc été adapté à la nouvelle donne institutionnelle. L’exercice est ainsi conduit par Agostino Miozzo, le directeur du département Réponse de crises. Et il impliquera également – c’est une première – des délégations de l’UE (ambassades) à l’extérieur : en Ethiopie, au Kenya, Rwanda et Ouganda. Le scenario se joue dans un pays fictif « Alisia » et quatre de ses voisins, où se déroule à la fois un conflit interne et externe sur fond de tension électorale. L’objectif est de pouvoir déployer toute la palette des instruments de l’Union européenne, des missions civiles et militaire tout comme l’aide humanitaire et l’aide à l’Etat de droit. Comme la plupart des exercices de gestion de crises (européen ou OTAN), il s’appuie essentiellement sur des simulations de situations « papier », sans déploiement sur le terrain.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).