La fin de la mousson et la reprise de la piraterie inquiètent

(crédit : Eunavfor / Marine allemande)

(BRUXELLES2) La fin de la mousson va signifier la reprise de la « relative » pause qui avait marqué ces derniers mois. Les activités des pirates vont reprendre et les captures de navires pourraient se renouveler. Un changement météorologique auquel se préparent toutes les unités anti-pirates et craints par les navires marchands, nombreux, qui croisent entre Golfe d’Aden et Océan indien. Malheureusement, même si les militaires arrêtent des suspects, ceux-ci risquent bien de rester sans suite judiciaire. Certes, d’un côté, les Seychelles, suivie maintenant par l’Ile Maurice, et peut-être bientôt la Tanzanie, ont décidé « d’accueillir » des pirates arrêtés par les forces européennes. Et, de l’autre, les Etats d’origine semblent plus décidés qu’il y a un an à rapatrier des suspects pour les juger dans leur pays. Mais ces solutions restent pour l’instant un pis aller face au nombre de pirates arrêtés en un an (entre 800 et 1000 par an). L’entrée en application des solutions prônée par le rapport Lang aux Nations-Unies traîne.

Groupe pirates stoppé près des côtes somaliennes

Le 28 septembre, la frégate FGS KÖLN de la force européenne anti-piraterie EUNAVFOR Atalanta stoppe un groupe pirates, composé d’un baleinier et d’un skiff. Cela se passe près des côtes somaliennes, à 30 milles, et à 70 milles au sud-ouest de Mogadiscio. L’hélicoptère repère l’équipement habituel des pirates – notamment un RPG, une échelle et du fuel en quantité (voir photo – les deux moteurs puissants sont un signe supplémentaire). Au coup de semonce, les suspects refusent de s’arrêter. L’hélicoptère tire à nouveau et force le skiff à s’arrêter. Les hommes à bord commencent alors à balancer par-dessus bord tout le matériel compromettant, en particulier les armes. Les deux navires ont été détruits. Mais les suspects – 12 en tout – sont libérés près de la côte.

(crédit : Eunavfor / Marine allemande)

Le lendemain (29 septembre), la même frégate FGS KÖLN localise et détruit un baleinier suspect, toujours près des côtes de Somalie, à 100 miles nautiques au sud-ouest de Mogadiscio. L’hélicoptère envoyé sur place a pu repérer à bord du matériel (échelle…) utilisée habituellement pour la piraterie. Aucun équipage n’était à bord. A titre préventif, le baleinier a donc été détruit pour prévenir toute utilisation future, précise-t-on au QG d’Atalanta.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).