Une mission civile de l’ONU rapidement en Libye

(BRUXELLES2 au Palais de l’Elysée) Ban Ki Moon l’a confirmé lors de la conférence de presse finale sur la Libye : « Les Nations-Unies déploieront une mission civile (d’assistance) aussi vite que possible. Les équipes humanitaires sont déjà sur place. »  Ian Martin, le conseiller spécial du secrétaire général pour la situation post-conflit en Libye, devrait partir immédiatement vers Tripoli pour préparer cette mission d’assistance. Et une réunion devrait se tenir en marge de l’assemblée générale des Nations-Unies, le 20 septembre prochain sur la Libye. Le secrétaire général a cependant insisté sur un point : « L’avenir de la Libye dépend des Libyens eux-mêmes. C’est aux Libyens de décider »

Champ d’action : l’Etat, la constitution, les élections, les services publics…

Un certain nombre de secteurs nécessitant le soutien de la communauté internationale a été identifié par le CNT : la promotion d’un dialogue national, la rédaction d’une constitution et la restauration des services publics, la consolidation de l’Etat et le lancement d’un processus électoral, la protection des droits de l’homme, le soutien à la justice transitionnelle et le développement économique. C’est autour de ces thèmes que les Onusiens vont évoluer les contours de la mission future. Mais Ban Ki Moon a ajouté que cette action devait répondre à trois principes :

  • l’appropriation par les Libyens — Le futur de la Libye doit résolument rester entre les mains du peuple libyen —,
  • la rapidité de la réponse – « Il est essentiel que la communauté réponde quand cela est nécessaire et non pas des semaines ou des mois après » –
  • et une coordination efficace — « Notre travail le plus important est de garantir que les efforts multilatéraux, bilatéraux soient complémentaires et correspondent aux souhaits des Libyens ».

Commentaire : il est notable de constater que personne n’a mentionné un quelconque rôle de l’Union européenne dans le futur libyen.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).