Un membre de l’équipage du Tribal Kat récupéré sain et sauf. L’autre décédé (Maj)

L'équipe de visite de Galicia (crédit : marine espagnole 2009)

(BRUXELLES2) Le navire amphibie espagnol SPS Galicia – qui participe à l’opération Eunavfor Atalanta – a localisé dans la journée de samedi (10 septembre) un des skiffs pirates impliqués dans l’attaque du voilier français (Tribal Kat), précise dans la soirée le QG Eunavfor Atalanta. Le Galicia – qui bénéficiait en l’occurrence du soutien de la frégate française Surcouf – effectuait une mission de surveillance des côtes somaliennes quand il a aperçu (dans l’après-midi) un bateau suspect. L’hélicoptère a été envoyé en reconnaissance. Le skiff a pu être stoppé, par un tir sur le moteur. Une équipe d’abordage s’est approchée également.

« Dans cette opération, les pirates ont ouvert le feu sur les militaires espagnols », explique l’Etat-Major de la marine espagnole. Ceux-ci ont répliqué. « Dans l’échange de tirs, le skiff a coulé rapidement ». Un des membres de l’équipage du Tribal Kat a pu être récupéré sain et sauf (il s’agit de la femme du couple, Evelyne Colombo). Les ravisseurs suspects – qui étaient au nombre de 7 – présents ont été désarmés et arrêtés. Personne n’a cependant été blessé durant l’opération. Et tout le monde a été hissé à bord du SPS GALICIA alors que « l’enquête continue pour établir tous les faits de l’incident » précise-t-on au QG Atalanta.

(maj dim 13h) Opération menée de main de maitre, quelques détails

lire ici article séparé

Le mari décédé lors de l’attaque des pirates somaliens

En revanche, pour Christian Colombo, le skipper du Tribal Kat, il n’y a plus vraiment d’espoir. Selon le témoignage de sa femme, et détaillé par les agences espagnoles, il est sans doute décédé au moment de l’attaque du voilier par les pirates, et son corps jeté à l’eau. Le QG d’Eunavfor Atalanta dément en revanche certaines rumeurs qui ont circulé de sa présence dans le skiff pirates arrêtés et de son décès lors de l’assaut mené par les marines du Galicia. « C’est totalement faux » nous a précisé un officier.

NB : cet article figurait auparavant comme un addendum de l’article principal et a été séparé pour plus de lisibilité et permettre les mises à jours successives

Lire également : Un couple de plaisanciers français disparu au large du Yemen. Acte de piraterie ? (maj3)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).