Un nouveau directeur de la sécurité pour le service diplomatique

(BRUXELLES2) C’est un diplomate néerlandais, Frans Jacob Potuyt, actuellement ambassadeur néerlandais au Kazakhstan, qui va être chargé de sécuriser le service diplomatique (SEAE). Il vient d’être nommé directeur de la sécurité du SEAE par la Haute représentante de l’UE.

Une tache discrète mais stratégique

Avec la montée en puissance d’un service diplomatique européen, le siège comme les délégations de l’UE sont devenues une cible de choix. Pour un groupe terroriste – et c’est une des principales craintes qu’il s’agisse de prises d’otage ou d’attentat – s’attaquer à une ambassade de l’UE est l’assurance d’avoir un retentissement (l’écho médiatique et politique étant le but recherché) dans plusieurs pays de l’Union européenne, de par le nombre de nationalités rassemblées dans chaque délégation. Mais il y a aussi d’autres « menaces » qui nécessitent une réflexion tout autant sécuritaire que politique et des mesures de prévention idoine (ni trop sécuritaires, ni trop peu). Des critiques de la politique européenne (de sanctions par exemple) pourraient manifester voire prendre d’assaut l’ambassade (comme cela s’est passé dernièrement à Damas devant les ambassades de France ou des Etats-Unis). Des opposants politiques, des demandeurs d’asile ou des migrants économiques pourraient demander le refuge à l’ambassade. Sans compter l’espionnage.

Le nouveau directeur en quelques lignes

F.J. Potuyt a une certaine expérience en la matière. Il a été le directeur de sécurité du ministère néerlandais des Affaires étrangères (2005-2009) et a dû gérer des emplacements « chauds » comme le Liban, les Balkans, la Palestine ou l’Afghanistan. Né à Zwolle, le 12 janvier 1954, diplômé en droit privé de l’université d’Amsterdam, Potuyt a rejoint le service diplomatique néerlandais en 1980. Il a été en poste dans les ambassades à Pékin, Hanoi, Tel Aviv, Damas, Rome (au collège de défense) et à Zagreb. En 1998, il est le chef adjoint de la mission à Téhéran. 4 ans plus tard, il devient le conseiller politique adjoint de l ‘OTAN à Naples. En 2003, il part à Ramallah comme chef de mission. Puis ce sera en 2009 à Astana (Kazakhstan).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).