Retour à la maison pour le Charles de Gaulle

(crédit : marine nationale francaise)

(BRUXELLES2) Le porte-avions Charles de Gaulle engagé depuis le 22 mars dans l’opération au large de la Libye rentre à son port d’attache, Toulon. Il y sera avant le 15 août. Une nécessité pour “remise à niveau technique et la remise en condition de l’équipage”. Le dispositif restera au “même niveau opérationnel” assure-t-on à l’Etat-major des armées français, grâce au déploiement d’un détachement air sur la base de Sigonella (Sicile) comprenant 5 avions Rafale de l’armée de l’Air. Sur place en mer, la France dispose d’un BPC (bâtiment de projection et de commandement), de deux frégates, d’un pétrolier ravitailleur et d’un sous-marin nucléaire d’attaque. En l’air, elle a un détachement de Mirage 2000D et de Mirage 2000N (armée de l’air) et d’avions de surveillance Atlantique 2 (Marine) à la Sude (Grèce). Tandis que les avions de détection et de contrôle E3F partent d’Avord (France – Centre) et ceux de ravitaillement C135 d’Istres (France – Provence).

Il n’empêche : après le départ du porte-avions italien Garibaldi, c’est un autre symbole de puissance qui s’efface. Comme si les alliés voulaient désormais être plus discrets au niveau militaire, pour être plus efficaces au niveau politique ?

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

2 réflexions sur “Retour à la maison pour le Charles de Gaulle

  • 4 août 2011 à 12:17
    Permalien

    Volonté de se faire discret ou réel manque de capacité?
    En plus le fait que le navire italien rentre lui aussi à la même période montre bien l’incapacité des européens à collaborer. N’aurait-il pas été possible de se coordonner entre Français et italien pour faire en sorte de maintenir au moins l’un des deux navire en place? N’est il pas possible pour des appareilsfFrançais d’aller atterrir sur un navire italien et réciproquement?
    D’autant plus que ce genre de coopération sont un excellent moyen de maintenir une disponibilité de matériel plus élevé tout en permettant à chaque pays de ne pas multiplier les équipements identiques et donc d’améliorer les capacités opérationnelles sans multiplier les coûts de manière exagéré.
    Pour moi ça montre surtout le manque d’ambition des états européens dans leur volonté de coopération militaire.

  • 7 août 2011 à 23:11
    Permalien

    non le PA italien ne permet que l’aterissage vertical, qui plus est les harrier italien n’auraient pas tenus longtemps et en plus avec un nombre reduits d’avion.
    Les harriers sont limite obsolete.

Commentaires fermés.