L’UE ne reconnait pas les élections présidentielles en Abkhazie

(BRUXELLES2) L’élection  d’un nouveau président, Alexander Ankvab, en Abkhazie a obligé l’Union européenne à réagir par la voix du porte-parole de Catherine Ashton, la Haute représentante de l’UE. « L’UE rappelle (ainsi qu’elle ne reconnait pas le cadre juridique et constitutionnel dans lesquels ces élections ont pris place (et) réitère son soutien à l’intégrité territoriale et la souveraineté de la Géorgie comme reconnue par le droit international ». Elle affirme également toute sa confiance dans le processus de Genève de discussions internationales pour « assurer la stabilité et la sécurité dans la région ».

le nouveau "président" abhaze (Crédit : RIA Novosti / Alexandr Utkin)

Ankvab est un dignitaire du parti. Né en 1952, membre des Komsomol (les jeunesses communistes), il devient à 23 ans ministre de la justice (de 1975 à 1981) de la république autonome d’Abhazie (dans l’URSS), membre du comité central du PC géorgien, il devient en 1984 vice-ministre de l’intérieur géorgien (jusqu’en 1990) le Premier ministre de cette république dissidente de Géorgie. Depuis 2005, il a échappé à plusieurs tentatives d’assassinat (on en compte 4 jusqu’alors) dont les auteurs ne sont pas clairement définis. Depuis la mort du président, Sergei Bagapsh, fin mai dernier, il faisait office de président intérimaire.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).