Delors tacle le poste du diplomate en chef de l’Union

(B2) Dans une interview recueillie par mon collègue Richard Werly pour le quotidien suisse, Le Temps, et belge, Le Soir, Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne et ancien ministre de l’Economie, montre qu’il a gardé toute sa vigueur d’esprit. Réagissant à l’idée d’un ministre des Finances de la zone euro (idée lancée par JC Trichet de la Banque centrale), il estime que « c’est un gadget farfelu ». Et d’ajouter : « La diplomatie europe?enne fonctionne-t-elle mieux depuis la cre?ation, par le Traite? de Lisbonne, d’un pseudo «ministre des affaires e?trange?res de l’UE ? »… Un coup de pied pour la Haute représentante, Catherine Ashton, mais tout autant aux Etats membres, notamment à Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, dont il critique, de façon acérée, leur dernière rencontre de début de semaine.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).