Piraterie maritime

L’Italie autorise les gardes privés à bord des navires de son pavillon

(BRUXELLES2) Dans le décret-loi qui définit le refinancement du gouvernement des missions militaires à l’étranger, le gouvernement italien a défini des mesures supplémentaires pour combattre la piraterie militaire. Et notamment la possibilité pour les navires marchands et de pêche, battant pavillon italien, de recourir aux sociétés privées de sécurité dans les zones exposées à la piraterie. Ces gardes privées pourront être armés. Mais toutes les conditions ne sont pas encore définies. Selon une dépêche de l’agence Ansa, un nouveau décret doit être adopté dans les soixante jours, pour établir « les conditions et les exigences pour la possession, l’ usage, l’acquisition et le transport d’armes et de munitions par les gardes de sécurité ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).