Un navire chargé de réfugiés se perd en Méditerranée ! Que répond Frontex ?

(BRUXELLES2) J’ai demandé à Frontex – l’agence de contrôle aux frontières de l’UE – une explication après les révélations du Guardian sur la mort de réfugiés dans leur bateau, au large des côtes libyennes sans recevoir de secours. Ils m’ont affirmé que « ni le centre de coordination international à Rome (pour l’opération Hermes ou Aeneas) ni les experts des Etats membres qui ont interviewés les migrants à leur arrivée (coordonné par Frontex) n’ont reçu d’information concernant l’incident décrit dans l’article du Guardian. Comme indiqué dans l’article, le bateau a été en contact avec plusieurs navires durant son voyage, mais aucun de ceux qui n’ont pris part à l’opération Frontex ».

Mon interlocuteur précise : « Les opérations Frontex ne couvrent pas toute la mer Méditerranée. La zone opérationnelle de l’opération Hermes couvre une zone plus ou moins autour de 20 milles marins de Lampedeusa ». Et d’ajouter « Chaque jour les officiers de la ‘guardia costiera’ et de la ‘guardia di finanza’ risquent leur vie pour sauver des vies. Presque 29.000 migrants sont arrivés à Lampedusa. Et dans beaucoup de cas, des opérations de recherche et sauvetage (SAR) ont été effectuées par les autorités italiennes (y compris les moyens déployés dans l’opération conjointe Hermes). »

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Commentaires fermés.