Sur le Nivôse, l’estonien est de rigueur

(crédit : Marine française / DICOD)

(BRUXELLES2) Des militaires estoniens ont embarqué depuis quelques jours à bord du Nivôse. A l’origine ce devait être le Courbet qui devait les accueillir. Mais celui-ci est parti patrouiller au large de la Libye. Présents pour six mois dans l’Océan indien, les militaires devraient passer successivement sur plusieurs navires français.

Avant d’embarquer, ils ont effectué un dernier stage à Lorient d’une semaine chez les fusiliers-marins commandos pour parfaire leur formation aux techniques des EPE (équipes de protection embarquées), aux procédures utilisées sur les bâtiments français ainsi qu’à la pratique des règles d’engagement de lutte contre la piraterie, indique-t-on à la marine française. Ils auront pour tâche notamment de contrôler les bâtiments suspects visités par le navire français ou d’assurer la protection des navires du Programme alimentaire mondial (PAM) ou de l’AMISOM. Le Nivose patrouille actuellement dans le corridor international IRTC dans le Golfe d’Aden jusqu’à Oman. Qui apprendra le plus vite à parler la langue de l’autre : les Estoniens ou les Français, les paris sont ouverts.

Lire également : Dernières nouvelles de la piraterie (2 avril)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).