Actu BlogAfrique Nord Libye

La défection de l’ambassadeur libyen auprès de l’UE saluée chaleureusement

Remise des lettres de créance (crédit : Commission européenne, avril 2009)

(BRUXELLES2) L’ambassadeur libyen auprès de l’Union européenne et du Benelux, Al Hadi Hadeiba, a fait défection et rompu ses liens avec le régime de Kadhafi, « pour protester contre la répression violente » du peuple libyen. Une défection aussitôt saluée par le porte-parole de la Haute représentante de l’UE, Cathy Ashton.

Une position médiane

Selon mes informations, l’ambassadeur de Libye à Bruxelles avait tenu jusqu’ici une position médiane, restant à la fois fidèle au régime mais envoyant, dès le début de la crise, à des médias, comme Al Jazaira, une lettre qu’on pourrait qualifier de très byzantine. Non signée, elle dénonçait le sort difficile du peuple libyen mais sans en imputer directement la cause à Kadhafi d’ailleurs. L’ambassadeur avait aussi été en contact assez régulier avec plusieurs haut responsables de l’Union européenne, notamment pour permettre l’évacuation des citoyens européens en début de crise, pour faire passer des messages à Tripoli, ou dans l’autre sens, notamment pour les diverses propositions de cessez-le-feu.

Contacts chaleureux

Des contacts que l’on peut qualifier d’assez chaleureux et confirmés aujourd’hui officiellement. « Nous avons été en contact avec lui et le félicitons de sa décision courageuse de travailler pour une société démocratique la Libye et un avenir meilleur pour le peuple libyen » explique le porte-parole. Et d’ajouter : « Le Haut Représentant et le Service européen d’action extérieure attendons avec impatience de rester en contact étroit avec M. Al Hadi Hadeiba dans le cadre des efforts déployés pour soutenir les groupes de travail pour une transition pacifique et démocratique en Libye. »

Le choix des proches de Kadhafi : se rallier ou mériter l’opprobre

Et le porte parole de préciser : « Ceux qui sont au sommet du régime Kadhafi ont le choix: soit rester avec Kadhafi et faire face au rejet de leurs concitoyens et de la communauté internationale, soit appuyer les efforts pour que les espoirs et les attentes du peuple libyen soient réalisés par la démocratie et un processus qui permette à tous les Libyens de se réunir et décider de leur avenir. »

Lire également : Un projet de cessez-le-feu en Libye a échoué de peu

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).