Comment rater une opération en cinq leçons

Parcours sportif dans les Alpes (© NGV / Bruxelles2)

(BRUXELLES2) Vous venez d’écoper d’une charge qui vous rebute et vous n’avez aucune envie de l’assumer. Vous ne savez comment faire… Demandez à Me Ashton, Haute représentante pour les Affaires étrangères et vice présidente de la Commission européenne. C’est la spécialiste en la matière. Il n’y a qu’à voir comment la première mission de la PeSDC, la seule qu’elle a réussi à mettre sur pied en 18 mois de mandat, est en train de prendre l’eau…

1) Ne surtout pas réagir de façon autonome. Attendre au maximum. Les morts s’accumulent, la demande d’Europe se fait sentir… Faites la sourde oreille. Et arrangez-vous pour que quelqu’un d’autre se charge du boulot. Il y a toujours des bonnes âmes prêts à agir sur tous les fronts, il suffit de les laisser faire : à l’OTAN, le militaire, à OCHA l’humanitaire, à l’ONU le politique et aux Etats le reste. Et si la situation devient trop pressante, mettez-le sous la pile du dossier le moins urgent… pour les archives par exemple.

2) Prendre d’autres rendez-vous, parcourir le monde. Il y a tant de problèmes à régler ailleurs…

3) Quand la situation devient désespérée, enclencher une “planification prudente”. Et surtout ne dérogez pas à la règle : pas d’action intempestive, pas d’accélération inutile…

4) Quand le temps de la planification prudente parait un peu dépassé, passez à la phase décisive, rédigez un projet de décision mais prenez soin d’introduire dans celle-ci une condition sine qua non au déclenchement de l’action. Ne prenez pas un truc trop improbable : “quand l’homme marchera sur Mars”, cela se verrait que… vous ne voulez rien faire. Mais le résultat doit être identique.

5) Attendre ensuite tranquillement en expliquant que rien ne sert de se préparer puisque vous n’avez toujours pas reçu le feu vert de la personne idoine. Sinon tenez toujours une déclaration de prête : une condamnation sans appel de la violence, avec une once de compassion pour les victimes également serait bienvenue.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).