La mission EUTM Somalia recherche nation-cadre

La mission EUTM Somalia recherche nation-cadre

Share

(crédit : Conseil de l'Union europénne / EUTM)

(BRUXELLES2) La mission européenne de formation des soldats somaliens en Ouganda (EUTM Somalia) se termine bientôt, à la mi-août. Et la question de son renouvellement, ou non, n’a pas été encore réglée. La question devait, à l’origine, être abordée au conseil des ministres de la Défense, en mai. Finalement, ce sujet devrait être discuté, en juin, au niveau des ministres des Affaires étrangères.

Objectif de la mission Eutm 2 : former l’Etat-Major somalien ?

La première question sera de savoir s’il faut renouveler ou non la mission. Après la visite d’une délégation parlementaire sur le terrain, puis celle des ambassadeurs des 27 du Comité politique et de sécurité (COPS), le retour semble plutôt positif. Et les Ougandais qui accueillent la mission le souhaitent. Sur le principe, la pérennité d’un engagement européen pourrait ainsi être avalisé. Reste les détails à fixer, notamment de définir le contenu de la mission EUTM 2. La formation d’une structure de commandement et de contrôle – un Etat-Major somalien – semble être un des aspects qui, à la fois, remplit un des besoins constatés sur le terrain et est une préoccupation internationale. Il faudra aussi examiner la nécessité de former un bataillon supplémentaire ou d’avoir des spécialistes (paramédic., communications… par exemple).

La mission a formé, en 2010, un premier contingent d’environ 900 soldats en 2010. Et un deuxième contingent d’environ 1000 soldats est en fin de parcours (une formation de six mois). Sur ce nombre 300 ont été sélectionnés pour suivre le cours de sous-officiers et 35 (dont une femme) pour être junior officier. L’entraînement se termine par 4 semaines (dite de cohésion), où les trois groupes (soldats de base, sous-officiers, officiers juniors) travaillent ensemble, pour assurer la cohésion du bataillon.

Les Espagnols laissent la place de nation-cadre

Dernier point : qui va assurer le rôle de la nation-cadre (fournir le commandement et une bonne partie de l’effectif d’encadrement ou de logistique). Les Espagnols ont déjà dit qu’ils ne voulaient pas rempiler (les problèmes budgétaires en Espagne imposent de resserrer les boulons partout). Il faudra donc trouver un volontaire. La Pologne, jusqu’à présent très peu présente dans la mission, mais qui va exercer la présidence européenne de l’Union à partir de juillet, est pressentie. Sinon, il faudra chercher un autre pays (France, Allemagne…).

NB : La mission EUTM Somalia, déployée le 7 avril 2010, compte 320 militaires de 15 nationalités différentes répartis entre le centre formation à Bihanga ou le quartier-général à Kampala. Les équipes de formateurs sont au nombre de 9 : 3 espagnoles, 2 Françaises, 1 Belge, 1 suédoise et finlandaise, 1 Allemande et Hongroise et 1 Maltaise et Irlandais.

On ne dira jamais assez l’utilité d’une telle mission sur le terrain. Mais aussi dans les relations entre les Européens et les Africains.

Lire également :