Quand le Parlement note les missions de l’UE

(BRUXELLES2) Le rapport de Roberto Gualtieri (parti démocrate italien), adopté par le Parlement européen, mercredi a passé en revue les opérations menées par l’Union européenne dans le monde. Et il note ainsi que bien souvent les missions s’effectuent sans « stratégie politique bien définie« . Ce lien est « absent dans la plupart des cas, ce qui a une influence négative sur l’efficacité et l’efficience des missions« . En passant en revue les missions, le constat est parfois rapide et impitoyable.

Bien

• EULEX Kosovo, malgré « de nombreux obstacles, notamment liés à l’absence de mesures d’accompagnement et à des contraintes d’effectifs (joue) un rôle important dans le domaine de l’état de droit, et continue de contribuer à la stabilité de la région »

Bien mais …

• EUNAVFOR Somalie (opération Atalanta) menée « avec succès ». Mais « la question du traitement judiciaire des pirates doit être résolue d’urgence, notamment sur la base du rapport Lang ». L’opération Atalanta est « entravée par l’absence d’application d’une stratégie régionale bien définie visant à supprimer les causes profondes du phénomène de piraterie et à faire face de manière efficace à l’instabilité chronique de la Corne de l’Afrique. Des mesures améliorant les capacités de surveillance maritime régionale doivent être prises d’urgence ».

• EUTM Somalia : « peut s’avérer contre-productive en améliorant les capacités militaires pour d’éventuels recrutements de milices en Somalie ».

Peut mieux faire

• EUBAM Rafah et EUPOL COPPS : « largement reconnues et acceptées en tant que principal interlocuteur international spécialisé dans les problèmes de maintien de l’ordre dans les territoires palestiniens ». Mais n’ont « pas été en mesure d’avoir un impact significatif sur l’évolution du conflit car elles sont dépourvues de stratégie politique et diplomatique solide, nécessaire par ailleurs en vue d’un engagement renouvelé dans les territoires palestiniens ».

Insuffisant

• EUPOL Afghanistan : « impact insuffisant en raison de l’absence de stratégie bien définie et de son intégration forcée dans la stratégie américaine AFPAK ».

EUPOL RD Congo et EUSEC RD Congo (existent depuis 2007 et 2005 respectivement) : « leurs effets positifs sur les groupes cibles ont été limités, voire nuls ». Le Parlement « recommande de se concentrer davantage sur le problème de la violence sexuelle afin d’accroître l’efficacité des deux missions ».

A fermer

• EUFOR Althea en Bosnie-Herzégovine (lancée en 2004) : a « atteint ses principaux objectifs ». Elle doit être fermée dit le parlement. « Une évaluation politique de l’opportunité de la considérer comme terminée et de récupérer d’importantes ressources financières et humaines (plus de 1 400 personnes) s’impose. »