L’Europe ne doit-elle pas mettre en place une EUMM / EUBAM Libya ?

(BRUXELLES2) La situation en Libye reste floue près de plusieurs semaines après le début des évènements. Et la situation dans certaines frontières pourrait déraper rapidement. De nombreuses régions échappent à l’écran “radar” de l’actualité politique et médiatique concentrée sur Benghazi et Misrata. Que ce soit dans des pays à l’écart des routes habituelles de circulation (Soudan, Niger, Tchad) ou dans des pays plus proches (Tunisie, Egypte) qui reçoivent la plupart des personnes déplacées suite au conflit (libyens ou travailleurs étrangers), il pourrait ainsi être intéressant d’avoir des postes d’observation “robustes”. Ne serait-il pas nécessaire que l’Union européenne opte pour une approche plus déterminée, et globale, en déployant sur le terrain une mission, civile, d’observateurs près des frontières libyennes. La question mérite d’être posée aujourd’hui. Et ce serait sans doute plus adéquat qu’une mission EUFOR Libya qui semble hypothétique.

Pour quoi faire ?

Cette mission pourrait avoir trois types de fonction : l’observation, le contrôle, la formation.

L’observation n’est pas toujours un rôle facile. Mais cela permet de rapporter de l’information en direct sur la situation dans des zones peu couvertes par ailleurs. Le simple fait d’avoir des éléments extérieurs ne permet pas de supprimer des points de conflit. Mais il est un gage important d’apaisement et surtout de détection précoce de sources de tension. Cette fonction peut être utile si un cessez-le-feu localisé ou généralisé est proclamé, pour l’observer.

Le contrôle de certains points de passage pourrait être aussi nécessaire. On serait ici dans le plein cadre des résolutions 1970 et 1973 des Nations-Unies sur le contrôle de l’embargo sur les armes ainsi que la venue de mercenaires. Elle permettrait ainsi d’en savoir plus et de démentir (ou confirmer) certaines rumeurs persistantes.

La formation et le “construction building” serait le troisième pôle de cette mission. Elle pourrait concourir à la stabilité de régimes faibles comme le Niger ou en mouvement comme la Tunisie.

Les fonctions conférées à la mission pourraient varier selon les pays où les “observateurs” seraient placés, voire évoluer au fil du temps.

A quels endroits ?

Ce déploiement pourrait, raisonnablement (raisons politiques et pratiques) se déployer dans deux zones principalement : le sud tunisien, l’ouest égyptien et l’est libyen (Maghreb), le nord nigérien et le nord tchadien (Sahel). Dans le premier déploiement, on est davantage dans une logique stabilisation / construction building / formation. Dans le second déploiement, la logique contrôle / stabilisation / construction building l’emporte.

Pour être complet, un déploiement aux frontières devrait concerner également les frontières nord soudanaises et est algérien. Si d’un point de vue opérationnel, l’Algérie serait un pays intéressant pour se déployer, il serait étonnant que le gouvernement accepte le déploiement d’observateurs européens.

Avec qui ?

Cette mission pourrait se déployer avec le concours de la Ligue arabe dans son volet Maghreb et avec le concours de l’Union africaine dans son volet Sahel. Ce qui aurait ainsi un avantage : impliquer l’Union africaine qui, actuellement, se confronte plutôt qu’elle rejoint les propos européens. Il est pas interdit de penser que certains autres pays tiers pourraient se joindre à cette mission comme les pays des Balkans.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).