L’Allemagne se prépare à une mission humanitaire, navale ?, en Libye

Equipes embarquées en exercice dans l'Océan indien (Crédit : Bundeswehr Marine / 2010)

(BRUXELLES2) C’est mon confrère allemand, Thomas Wiegold, qui m’a informé sur son blog, ainsi que le Tagesspiegel, le gouvernement fédéral allemand se prépare à soumettre une proposition parlementaire pour l’envoi de forces militaires allemandes au large de la Libye. Il mise sur un large soutien des groupes politiques pour une mission humanitaire.

Elle consisterait (notamment) à fournir des unités de sécurité de la Bundeswehr, au besoin avec des navires de la Marine, pour accompagner des navires chargés d’aide humanitaire. Le lieu n’est pas précisé. Mais on peut penser à trois ports libyens – Benghazi, Tripoli ou Misrata (le ravitaillement en Egypte ou Tunisie ne nécessite pas, en effet, d’escorte armée). On peut ainsi faire une analogie avec les bateaux du PAM ou de l’AMISOM en Somalie qui sont escortés par les navires européens.

Une condition : la demande des Nations-Unies

Sans entrer dans tous les détails, le ministre des Affaires étrangères allemand, Guido Westerwelle a confirmé cet engagement qui reste conditionné (comme celui d’Eufor Libya) à une chose : la demande des Nations Unies. « S’il y a une demande, nous n’allons pas nous dérober à nos responsabilités, bien sûr » a déclaré le ministre sur la chaîne de télévision N24. « L’Allemagne est favorable à l’engagement humanitaire avec des forces issues de son Battlegroup » a-t-il précisé.

NB : Cette contribution pourrait être ainsi complémentaire d’une contribution finlandaise (également en préparation), tirée aussi d’éléments du battlegroup.

Lire également:

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).