Dernières nouvelles de la piraterie (23 avril 2011)

(BRUXELLES2)

Vendredi (22 avril) Un porte-conteneurs sud-coréen libéré

Capturé par les pirates, le Hanjin Tianjin a été récupéré par les commandos « marines » sud-coréens. Il avait été capturé la veille par des pirates à 250 milles à l’est de Socotra (Yemen). Les 20 hommes d’équipage s’étaient réfugiés dans la « citadelle » du navire sont sains et sauf. Cependant une reconnaissance effectuée par le navire turc de l’OTAN, le Giresun, n’avait rien remarqué d’anormal. Les pirates avaient déjà fui semble-t-il. Et l’arrivée des commandos sud-coréens l’a confirmée. A quelques milles de là, les pirates avaient jeté leur dévolu sur le navire italien avec succès. Il pourrait donc s’agir d’une diversion.

Jeudi (21 avril) Un cargo italien capturé au large d’Oman

Le cargo italien MV Rosalia D’Amato est capturé par les pirates aux petites heures de la matinée, à environ 350 milles au sud-est de Salalah (Oman). Un seul skiff a suffit pour venir à bout de ce navire de 74.500 T qui allait de Paranagua (Brazil) vers Bandar Imam Khomeini (Iran). Equipage de 21 marins à bord (6 Italiens, 15 Philippins). Deux navires de guerre, italien et turc se sont dirigés vers la zone.

Jeudi (21 avril). Pirates relâchés.

Les 18 pirates suspects arrêtés par la frégate finlandaise FNS Pohjanmaa, le 6 avril, sont relâchés, « faute de preuves », et surtout de possibilité de poursuite. La Finlande n’a pas voulu exercer sa compétence universelle (c’était d’ailleurs une des conditions préquises pour sa participation à l’opération anti-piraterie). Plusieurs autres Etats ont été approchés, sans succès. « Aucun n’était décidé à les poursuivre ou pouvait fournir une intention de les poursuivre dans un temps raisonnable. » Le Kenya refuse tout nouvel accueil. Singapour, Etat de pavillon du navire attaqué, a été aussi interrogé. Mais l’existence de la peine de mort posait un problème supplémentaire. Les pirates étaient, en effet, fortement suspectés d’avoir attaqué la veille de leur arrestation le Mv Pacific Opal. Ils ont été déposés près des côtes somaliennes. Leur bateau-mère avait été coulé par les militaires finlandais.

Mercredi (20 avril) Echanges de tirs près d’Hobyo

Lors d’une patrouille le long des côtes somaliennes, l’Esbern snare, la frégate danoise de l’OTAN, a découvert un bateau suspect remorquant un skiff. Alors qu’il s’approche, les marins danois observent que certains jettent des objets à l’eau et prennent le skiff. Des échanges de tirs ont eu lieu. « En légitime défense » précise l’OTAN qui ne donne pas de bilan. Au moins 3 personnes sont morts, dans cette attaque qui a eu lieu près d’Hobyo, le port pirates, pointe l’ONG Ecoterra qui a révisé dimanche le bilan à la hausse (6 morts dont un marin iranien et 5 blessés). Le dhow a coulé suite aux tirs. Les 14 marins iraniens rapatriés sur Galkayo, la capitale de la province semi-autonome de Galmudug.

Mercredi (20 avril). Les Hawks sur le pont.

L’unité d’élite de la police sud-africaine est montée à bord du navire grec Mv Irene SL à Durban, libéré début avril, pour aider à l’enquête sur les pirates somaliens qui l’avaient capturé. « Nous sommes à la recherche de preuves [concernant] les pirates », a déclaré le porte-parole des Hawks, Macintosh Polela, à la presse sud-africaine.

Mercredi (20 avril) Le Somaliland confirme l’accord de transfert des pirates avec les Seychelles

En marge de la conférence de Dubaï, les autorités du Puntland et du Somaliland ont signé avec les autorités des Seychelles un mémorandum d’accord pour faciliter le transfert des pirates jugés dans l’archipel de l’Océan indien. Il confirme les lettres d’intention signées début février à Port-Victoria. Malgré certaines réticences, le MoU signé par le Somaliland également couvre bien tous les pirates et non seulement originaires du Somaliland, a confirmé le ministre de l’Intérieur des Seychelles Joel Morgan au quotidien Nation. Les négociations ont duré jusqu’au dernier moment et ont été particulièrement « intenses » a précisé le Ministre. L’accord a été conclu sous les hospices de l’ambassadeur danois Thomas Winkler qui présidait le groupe de travail n°2 (questions juridiques) du groupe de contact sur la piraterie. Lire également : Dernières nouvelles de la piraterie (2 avril)Les Seychelles signent un accord de rapatriement des pirates condamnés

Mercredi (20 avril). Relève espagnole

La frégate espagnole Santa Maria part de la base navale de Rota (Cadix) vers le golfe d’Aden pour relayer la frégate » Canaries « , qui participe à la mission anti-piraterie de l’Union européenne Atalanta.

Lundi (18 avril) Le ministre indien rejette l’offre d’échanges des pirates.

Le ministre indien des Affaires maritimes, Vayalar Ravi, explique dans la presse indienne que le gouvernement indien ne cédera pas à l’offre d’échanges des pirates somaliens qui détiennent toujours 7 des 15 membres indiens de l’équipage du MV Asphalt Venture.

Lundi (18 avril). Neuf suspects traduits aux Pays-Bas

Neuf pirates suspects arrivent à l’aéroport militaire d’Eindhoven pour être jugés par un tribunal néerlandais. Ils sont traduits aux Pays-Bas pour avoir tiré sur les Marines néerlandais du Tromp lors d’une opération de libération d’un navire iranien. Ils avaient été appréhendés après la libération, plutôt mouvementée d’un boutre iranien, début avril, dans une action concertée avec la marine danoise. 2 pirates avaient été tués dans les échanges de tirs et 3 autres blessés. 7 des 16 pirates arrêtés ont été remis en liberté, soit en raison de leur jeune âge, soit car ils n’étaient pas impliqués. Ils ont transité par les Seychelles où ils ont été placés en détention temporaire, le temps du transfert aux Pays-Bas. Lire : Dernières nouvelles de la piraterie (17 avril)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).