Vers un partage des rôles entre l’OTAN et l’UE sur la Libye

(BRUXELLES2/Conseil des Affaires étrangères de l’UE) Les 27 ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne pourraient lancer une nouvelle gamme de mission sur la Libye en accord avec la résolution 1973 de l’ONU.

Faisant foin des divisions qui demeurent entre les 27 et les Alliés sur la nécessité d’une action militaire en Libye et sont étendue, les 27 pourraient tomber d’accord sur la nécessité de mettre en place une action humanitaire renforcée, soutenue au besoin par des moyens militaires et maritimes. L’objectif est d’acheminer de l’aide humanitaire, alimentaire, médicale, selon les besoins constatés, et d’avoir une action coordonnée sur les éventuels camps de réfugiés ou les évacuations à prévoir. Une action spécifique de surveillance des côtes, pour prévenir l’arrivée de migrants ou réfugiés serait aussi renforcée.

Les 27 doivent demander à la Haute représentante et à la Commission européenne d’étudier plus avant toutes les options possibles dans ces domaines.

En revanche, le projet d’une action maritime pour mettre en place l’embargo sur les armes serait laissée à l’OTAN. Quant à l’action militaire, elle reste pour l’instant menée au sein d’une coalition ad hoc. Et la discussion doit se poursuivre au sein de l’OTAN sur les modalités de l’association de l’Alliance atlantique à cette action.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).