L’aéroport de Tripoli bloqué par des obstacles au sol

(BRUXELLES2) Une carte fournie par l’ONU le montre. L’aéroport de Tripoli est actuellement bloqué. Selon une analyse d’images satellites recueillies les 22 et 25 Mars 2011, il n’y a « pas de dommages visibles à des installations ou au bâtiment de l’aéroport ». Le trafic est, en fait, fermé en raison « d’obstacles multiples – comme des véhicules – placés délibérément sur les deux pistes ». Un total de 15 obstacles de la piste ont ainsi été identifiés : six le long de la piste 09/27 et neuf le long de la piste 18/36. Ces obstacles vont d’une gamme de types de véhicules d’aéroport, y compris des chariots à bagages / des conteneurs, des remorqueurs d’avion. Ces obstacles sont entourés en rouge sur la carte.

NB : L’explication de l’abandon par le personnel semble peu plausible, vu la régularité des obstacles posés. Il semble s’agir davantage d’une volonté d’empêcher l’arrivée (ou le décollage) d’avions de façon « intempestive ». Les autorités libyennes craignent-elles le débarquement extérieur de troupes d’élite (façon Entebbe). On peut aussi être étonné également par le nombre d’avions (plus d’une cinquantaine sur la photo) qui sont au sol.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

3 réflexions sur “L’aéroport de Tripoli bloqué par des obstacles au sol

  • 30 mars 2011 à 19:27
    Permalien

    Ne pas s’étonner du nombre d’avions sur le tarmac de l’aéroport de Tripoli, c’était déjà le cas avant les opérations. Avions militaires et civils sont parqués depuis longtemps, peu doivent être opérationnels.

  • 30 mars 2011 à 20:19
    Permalien

    Et surprenant aussi c’est la présence d’avion sur les pistes d’accès comme s’ils avaient été abandonné là brutalement pendant que l’aéroport était en plein activité.

    À moins qu’ils soient eux aussi à considérer comme des obstacles…

    En tout cas il est peu effectivement peu probable que tout cela soit spontané.

  • 31 mars 2011 à 02:04
    Permalien

    Le colonel connait ses classiques… outre Entebbe, n’oublions pas l’opération Barracuda (posé d’assaut suivi d’un coup d’Etat chassant un Empereur mégalomane).

    La perte de deux mirages a du également donner un signe peu réjouissant de l’état des troupes.

Commentaires fermés.