La maison du commissaire Dalli à Tripoli : rien d’anormal !

(BRUXELLES2) Le commissaire (maltais) chargé de la Santé et de la politique des consommateurs, John Dalli, a toujours apparemment une maison en Libye (à Tripoli). Et du coté de la Commission européenne, on trouve cela tout à fait normal. « Il n’est pas interdit à ce stade de posséder une maison en Libye ou ailleurs » a précisé le porte-parole du commissaire. Mais celui-ci ne souhaite pas en dire plus. « Je te renvoie à la déclaration d’intérêts. Non je connais, pas la taille de la maison. Je pense que le commissaire a déclaré ce qu’il fallait déclarer. »

On ne saura donc ni la taille, ni la valeur de cette maison, ni surtout la date ou les conditions d’acquisition de cette maison. Le porte-parole n’a pas non plus voulu répondre si le commissaire possédait toujours d’autres actifs (société en joint-venture en Libye). Précisons que la résolution 1973 de l’ONU a gelé tous les actifs ou ressources économiques qui pourraient être mis à disposition des autorités libyennes (§19). A priori la possession d’une maison peut être soumise à un impôt qui doit être reversé aux autorités libyennes, encore plus s’il s’agit d’actifs dans une société mixte. Etc…

En laissant ces éléments dans le flou et refusant de répondre à des questions basiques, la Commission laisse accréditer l’idée que tout ne serait pas aussi simple et normal qu’indiqué. C’est dommage pour un commissaire qui a déjà commis un « impair » politique sur le dirigeant libyen (*).

Nb : la déclaration d’intérêts du commissaire est très succincte. Elle mentionne juste dans la rubrique « propriétés » « House in Tripoli, Libya » (télécharger ici).

(Mise à jour merc.) Le porte-parole du commissaire Dalli a tenu à m’adresser un petit courriel qui mérite une publication : « Je tiens à dire que la tonalité de cet « article » est vraiment sujet à caution. (…) Un commissaire a aussi droit à une vie privée. Une page du site Europa donne accès à toutes les déclarations d’intérêt des commissaires, et les différents documents y sont similaires (ceci en réponse à l’expression « succinte » dans le ps). (…) Un porte-parole de la Commission n’est pas un agent immobilier qui serait censé t’expliquer la taille de la maison, le nombre de salles de bain et l’orientation du bien en question. Bref, en un mot comme en 100, le « post » en question est grotesque. »

Je laisserai les lecteurs librement se faire leur opinion. Mais, pour ma part, je ne trouve pas tout à fait illégitime de connaitre les conditions d’acquisition et le montant d’une maison située dans un pays qui n’est pas connu pour offrir une villégiature permanente au responsable politique ordinaire. Ceci confirme donc qu’une explication franche et transparente est nécessaire. Le voyage de MAM (Michèle Alliot-Marie) était aussi privé… à l’origine !

(*) Lire : Malte retarde le processus de sanctions supplémentaires contre la Libye

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

2 pensées sur “La maison du commissaire Dalli à Tripoli : rien d’anormal !

  • 22 mars 2011 à 22:07
    Permalink

    C’est vrai, enfin, vous voyez le mal partout! Tripoli est pourtant un lieu de villégiature idéal. Pour preuve, c’est là que Henri Guaino a choisi de passer le dernier Nouvel An. Tant de beaux esprits dans cette station balnéaire bien connue, ça doit être lié à l’exceptionnel et si stimulant climat de liberté intellectuelle qui y régnait avant que des agitateurs viennent tristement mettre fin à tout ça.

  • 24 mars 2011 à 18:23
    Permalink

    C’est curieux cette manie qu’ont certains porte-paroles de la Commission à parler avec mépris aux journalistes. Il est vrai qu’on est moins brillant qu’eux, qu’on gagne trois ou quatre fois moins et qu’on a des costards de mauvaise coupe quant on ne porte pas des jeans, quelle horreur. Ca doit expliquer le ton de Frédéric Vincent.

Commentaires fermés.