8 + 1 personnes arrêtées pour crimes de guerre au Kosovo. Non sans difficultés

Les poursuites pour crimes de guerre se poursuivent au Kosovo. Agissant sur mandat d’un juge d’instruction européen, les forces de police de la mission européenne « Etat de droit » (EULEX) – accompagné d’une force spéciale de la police kosovare – ont arrêté, mercredi, huit personnes au Kosovo, a annoncé la mission EULEX. Un autre individu a été arrêté à l’étranger dans le cadre de la même enquête. Ces personnes sont soupçonnées de meurtres et de torture contre les Albanais du Kosovo, des civils serbes et des prisonniers de guerre détenus dans un centre de détention au Kosovo en 1999. D’anciens membres de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) dont un responsable de la police locale de Prizren, Nexhmi Krasniqi, selon les médias locaux.

Ces arrestations ne se sont pas passées tout à fait sereinement. Un incident a ainsi opposé les forces européennes et celles du Kosovo, ajoute Balkan insight, les policiers locaux bloquant toutes les issues du commissariat de Prizren et bloquant leurs homologues européens durant deux heures. Leur chef, Krasniqi, s’est rendu un peu plus tard.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).