L’organigramme du service diplomatique devient … définitif

(BRUXELLES2) Un nouvel organigramme du service diplomatique est disponible (*). Sur ce document, peu de changement a priori. Mais tout de même une évolution: le mot “provisoire” a été enlevé. Cet organigramme est donc définitif, ou presque (**) (jusqu’au suivant !). Et les changements se nichent dans les détails… Tour du (nouveau) propriétaire.

Cet organigramme a été complété par les différentes nominations intervenues entretemps : celles des présidents de groupes de travail (Bart Versmessen pour le PMG, M.M Leinonen pour le Civcom, etc.), celui de N. Wescott pour la direction Afrique…

La structure de gestion de crise se complète

La direction des instruments de politique étrangère qui est un service de la Commission apparait sur l’organigramme en tant que telle. Elle est rattachée directement à Catherine Ashton, en tant que HR/VP. Son directeur est le Luxembourgeois Tung Lai Margue. Elle est chargée de gérer le budget et les relations interinstitutionnelles (Miller), l’instrument de stabilité (Genoveva Ruiz-Calavera), les opérations de la PESC (Juha Auvinen), la public diplomacy et les missions d’observations électorales (Oliver Nette ad interim), Elle est placée directement sous l’autorité de la HR et des structures de gestion de crise. Ce qui pourrait satisfaire le Parlement européen, dont c’était une des revendications impératives, sauf s’il juge cette présence sur l’organigramme un peu artificielle.

En pratique, ce devrait être Maciej Popowski qui en sera le responsable et va être chargé de suivre les dossiers de la PeSDC (c’est d’ailleurs lui qui représentait le service diplomatique au dernier conseil informel des ministres de la Défense).

Autre évolution : les structures de gestion de crises sont aussi directement reliées à la cellule “communication stratégique”, placée auprès de Cathy Ashton.

La communication stratégique se réduit

La cellule de communication stratégique n’est plus mentionnée en vacant. Mais aucun nom n’est précisé. On sait que le candidat F. Michel qui avait des prétentions importantes en matière salariale n’ont pas été satisfaites. Et l’idée d’avoir plutôt une cellule qu’une personne pourrait faire son chemin : la HR se reposera sur le service du porte-parolat de la Commission européenne (ce qui n’a pas montré un succès éclatant jusqu’ici…) et sur différents officiers de presse ou de communication (délégations, PeSDC…).

Réorganisation des directions des départements

Si au niveau des départements, rien n’est changé. Au niveau des directions, on dénote quelques mouvements:

– Le sous-directeur général “Administration et finances” devient directeur de département à part entière. Le poste est toujours vacant mais reste rattaché directement au CEO David O’Sullivan. La direction “Sécurité” est étoffée puisque son directeur reçoit responsabilité pour trois unités : l’unité “sécurité sur le terrain” (Hasson), l’unité “Siège” qui est créée, et l’unité “sécurité des communications” (ancienne direction du “chiffre”) (Keymolen). Ces unités dépendaient auparavant du ‘corporate support”.

– Le département Europe connait plus de changements, d’une part, il est renommé “Europe et Asie centrale” (au lieu de (Russie, Partenariat oriental et Balkans, qui était un peu longuet et pas très adapté). Une nouvelle direction est créée regroupant Europe occidentale, Balkans et Turquie” (poste vacant) aux cotés de la direction Russie, partenariat oriental et Asie centrale qui reste confiée à G. Wiegand.

– Même évolution au département “Amériques” qui voit sa direction unique scindée en une direction “Amérique latine” dont hérite Gustavo Martin-Prada (l’actuel directeur) et une direction “Amérique du Nord et Caraibes” confiée à l’Espagnol T. Dupla Del Moral (transfuge de la direction Afrique du Nord).

– Au département “Moyen-Orient”, c’est le chemin inverse, les deux directions Moyen Orient / Golfe et Afrique du nord sont fondues dans une seule. Ce qui préfigure la grande approche méditerranéenne voulue par les pays du sud de l’Europe. Mais le poste est toujours vacant.

Au département “Afrique”, peu de changements sinon une nouvelle nomination pour l’unité “coopération régionale” renommée “affaires pan-africaines”.

(*) Télécharger l’organigramme
(**) (Mise à jour Mar 22h) Des changements pourraient notamment intervenir au niveau du Département “réponse de crises” qui est sans troupes pour l’instant.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).