Actu BlogDéfense nationaleGestion de crise PSDC

Les psychologues déployés dans les missions allemandes à l’étranger

La Bundeswehr a consacré 648 000 € pour la recherche sur le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) chez les soldats déployés en mission en 2010, apprend-on. Des projets menés avec plusieurs universités et dans lesquels le Département de psychiatrie de l’hôpital militaire de Berlin et le Centre de traitement pour les traumatismes psychosociaux sont impliqués.

Des psychologues sont aussi déployés dans certaines missions. C’est le cas en Afghanistan, où trois psychologues sont actuellement employés dans les installations à Mazar-e-Sharif et Kunduz, pour les 4575 soldats du contingent ISAF. Au Kosovo, un psychologue de Prizren se trouve auprès des 1330 soldats de la Bundeswehr déployés dans la KFOR.

Le suivi psychologique du contingent allemand d’EUFOR  (Althea) en Bosnie-Herzégovine est assuré, lui, par un psychologue militaire qui se déplace d’Allemagne. Dans d’autres missions, comme l’appui naval à la FINUL au large des côtes du Liban, la mission anti-pirates Atalanta dans l’Océan indien et l’opération Active Endeavor en Méditerranée, la présence du psychologue est temporaire.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

2 réflexions sur “Les psychologues déployés dans les missions allemandes à l’étranger

  • nonmaisdisdonc

    Surprenant que les soldats allemands aient besoin de soutien psychologique vu qu’il ne participent pas a grand chose sur place. Que vont dire les autres, ceux qui s’exposent réellement !

  • nonmaisdisdonc

    Erratum… Mon commentaire précèdent se réfère a “l’inactivité” de la Bundeswehr et de ses forces spéciales en Afghanistan essentiellement.

Commentaires fermés.