Le pooling & sharing des capacités de défense, vu par l’Autriche

Le ministre autrichien de la Défense, Darabos, et son homologue suédois Tolgfors (crédit : présidence hongroise de l'UE)

(A Budapest) Sur quels domaines doit-on coopérer, c’était aussi le thème (malgré la crise libyenne) de la réunion informelle des ministres de la Défense, en Hongrie, vendredi. Le ministre autrichien de la Défense a insisté, lui, sur la coopération régionale. Ce qui permet ainsi d’avoir une approche “à la carte” selon les pays pour le “pooling & sharing”, les nouvelles ‘mamelles de l’Europe de la défense”. Il a cité quelques domaines qui pourraient être particulièrement intéressants : la formation ou l’aide en cas de catastrophe par exemple. Il a précisé aussi quelques domaines qui doivent évalués : le NBC, le partage des installations de formation, la conduite d’exercices communs, la recherche et développement, la formation et la coopération des forces spéciales ou les retours d’expérience opérationnelle.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).