Le bateau sud-coréen, Golden Wave, libéré par les pirates

Le Pohjanmaa assiste le GoldenWave (Crédit : Eunavfor)

Le Golden Wave, un navire coréen aussi connu sous le nom Keummi 305, a été libéré par les pirates dans des conditions qui ne sont pas encore très claires, a indiqué le QG européen anti-piraterie Atalanta.

Ce bateau capturé le 9 octobre dernier était régulièrement utilisé par les pirates comme navire d’assaut (comme tête d’un groupe d’action naval). Un navire d’Eunavfor assiste l’équipage de 43 marins (39 Kenyans, 2 Sud-Coréens et 2 Chinois) en alimentation, eau et soins médicaux, à la demande du gouvernement sud-coréen.

(Mise à jour *)

C’est le mouilleur de mines finlandais FNS POHJANMAA qui a été chargé de cette mission. Le bateau est en état Les marins après 123 jours de capture n’avaient plus de vivres ni d’eaux à vivre. Le médecin de bord a aussi examiné les marins qui ne sont pas tous en parfaite santé. Mais aucun n’est “sérieusement blessé” selon le QG européen. Le bateau aussi a souffert de la longue captivité. Et l’équipage finlandais a fourni une assistance pour le remettre en état.

Nouvelles captures

Mais les pirates ont “regarni leur escarcelle” avec deux nouveaux navires comme l’a confirmé le QG anti-piraterie de l’UE, Atalanta. Tout d’abord un tanker italien, le Mv SAVINA CAYLYN, capturé le 8 février aux petites heures du matin, à 670 milles à l’Est de Socotra (12° Nord , 66° Est). A bord : 5 Italiens et 17 Indiens. Ensuite, le 9 février, un super tanker grec, le MV IRENE SL, capturé à 350 milles au sud-est de Mascate, en mer d’Arabie, entre Oman et Pakistan (21° Nord , 63° Est). A bord : 25 marins (7 Grecs, 1 Géorgien et 17 Philippins) Les pirates ont compris. Ils attaquent dans les zones moins surveillées. Déplacez la surveillance, les pirates se déplaceront ailleurs. Mais ils ne dédaignent pas pour autant leurs endroits favoris. Là où il y a le plus de bateau. Ainsi une attaque a eu lieu, le 10 février, dans le détroit de Bab el Mandeb, en mer rouge…

(*) Mis à jour : Jeu 10 février

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).