La révolution arabe de 2011 oblige à un changement de focus

Après ce qui se passe en Tunisie et en Egypte, quelle que soit son issue, il y a un changement. Une page est tournée. S’il est très difficile de prévoir ce que sera le monde arabe dans dix jours ou un an (démocratie ou autoritarisme, pluralisme ou radicalisme), il y a un changement qui est en train de s’opérer et que les Européens doivent prendre en compte. Et nul ne sait où il s’arrêtera. La vague partie de Tunis finira peut-être à Téhéran…

Islam n’égale plus seulement terrorisme mais aussi démocratie

Tout d’abord, c’est la fin de dix ans d’un paradigme, issue des attentats de 2001, entre le monde arabe, l’islam et le terrorisme. L’exemple tunisien montre qu’on peut assez facilement basculer d’un régime autoritaire à un régime en route vers la démocratie, sans tomber dans l’islamisme extrême. On voit qu’en Egypte, il y a un potentiel de forces d’opposition, démocrates, qui permet d’éviter d’être confronté La règle du “Moi ou le Chaos” tel que l’a répété Moubarak mais bien d’autres avant lui. Il y a sans doute un modèle démocratique à construire entre la démocratie d’inspiration athénienne et chrétienne et la démocratie arabe et islamique. Mais le champ est désormais ouvert.

Le rééquilibrage entre l’Est et le Sud

C’est aussi pour l’Europe la fin de vingt années où elle se concentrait davantage vers l’Est que vers le Sud. A juste titre. La chute du mur de Berlin, la fin de l’URSS, les guerres en ex-Yougoslavie, puis les élargissements de 2004 et 2007 à 10 pays de l’Est européen et la stabilisation des Balkans ont entraîné un véritable “torticolis” pour l’Europe davantage tournée vers l’est que le sud. Toute une partie de l’Europe qui n’avait que faire de ce qui se passait au sud d’une ligne Vienne-Venise-Lisbonne va devoir s’en préoccuper. Et l’UE va opérer une révision de sa politique et de ses instruments sans doute, mais surtout un changement de regard. C’est peut-être d’une certaine le redémarrage du processus “Union pour la Méditerranée” qui après un démarrage en fanfare connaissait une atonie notable.

La paix au Moyen-Orient requiert d’autres voies

On remarque ainsi que la question de la paix entre Israel et la Palestine n’est pas toute la question du Moyen-Orient, qu’elle n’est ni la cause ni la conséquence de la “révolution” qui est en train de se dérouler. En revanche, elle oblige plus que jamais – quelle que soit l’évolution dans les alentours – le gouvernement israélien à rechercher un appui chez les Palestiniens. Et vice-versa. Si des gouvernements démocratiques arrivent au pouvoir dans le monde arabe, Israël n’aura plus le monopole de la démocratie dans la région. Le gouvernement va devoir donc abandonner son radicalisme, qui sera désuet demain. Une transition pacifique en quelque sorte.

Le but de George Bush est-il en passe d’être atteint

De façon ironique, on peut dire que l’idée de George Bush de remodelage du Grand Moyen Orient s’étendant de l’Algérie à l’Iran est en marche. Mais sans lui et pas dans la forme dont rêvait son initiateur. Ce n’est pas l’exportation de la démocratie à l’américaine ou l’intervention occidentale en Irak qui est tout à fait la cause de ce mouvement, mais l’évolution du monde arabe lui-même et la mondialisation dans les faits et la société.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Une réflexion sur “La révolution arabe de 2011 oblige à un changement de focus

  • 28 mars 2011 à 21:03
    Permalien

    En effet le paradigme d’une dizaine d’années vole en éclats et la problématique de la démocratie se pose.M ais les forces révolutionnaires devront être vigilantes pour barrer la route aux usurpateurs car les forces réactionnaires ne vont s’avouer vaincues et elles peuvent utiliser un habillage nouveau et un discours tortueux pour s’accrocher au pouvoir
    A ce titre les masses devront exigeantes pour la refonte des textes et l’avènement d’une assemblée constituante

Commentaires fermés.