Les pirates ont perdu 2 de leurs bateaux mères en deux jours

Le Prantalay 14, repéré d'avion (crédit : marine indienne)

(BRUXELLES2) Coup sur coup, les pirates ont perdu deux de leurs bateaux-mères. On avait déjà appris jeudi la “libération” du Tai Yuan 227. La marine indienne est passée à l’attaque vendredi, coulant un des navires utilisés, un bateau de pêche thaïlandais, le Prantalay 14 (qui avait été capturé il y a près d’un an, en avril 2010). Ceci illustre un renforcement de la tactique des forces maritimes présentes dans la zone. Suite à la récente recrudescence des succès pirates, notamment en mer d’Arabie, les marines ont pris une posture plus offensive, visant à neutraliser les bateaux-mères.

Un navire de la CGM poursuivi par les pirates

La marine indienne est alertée dans la matinée de vendredi (10h30 locales) par un appel à l’aide d’un porte-conteneurs français, de la CMA-CGM, le Verdi, qui bat pavillon des Bahamas. Il est poursuivi par deux skiffs suspectsà 300 miles à l’ouest des iles Lakshadweep. L’appel est reçu un avion Dornier des gardes-côtes. Voyant l’avion au-dessus d’eux, les pirates stoppent leur attaque et refluent vers le bateau-mère. L’INS Cankarso, un navire rapide récemment entré en service dans la marine indienne, arrive sur les lieux, vers 17h.

Le bateau-mère prend feu et coule

Le navire indien est près du Prantalay. « Les pirates ne répondre pas aux appels radios sur le canal international » précise la marine indienne. « Un tir de sommation est effectué dans l’étrave du navire. Les pirates tirent soudainement. La marine réplique ». Apparemment le feu est bien nourri. Et le bateau des pirates prend feu. En cause, « le nombre important de barils de fuels ». Les pirates et leurs otages sautent à l’eau. Le navire sombre. L’INS Kalpeni de la marine indienne et CGS Sankalp des gardes-côtes arrivent en renfort. Les Indiens récupèrent ainsi 20 pêcheurs (birmans et thaïlandais) qui étaient retenus en otage ainsi que 15 pirates. Ceux-ci sont arrêtés. On ne sait pas, en revanche, s’il y a des disparus.

Poste de veille avancé dans les îles Lakshadweep

A noter que la marine indienne a, depuis novembre 2010 et la recrudescence des actes de piraterie à proximité de l’Inde, renforcé sa veille près des îles Lakshadweep en installant un poste avancé des gardes-côtes.

Les bateaux mères repérés

Les pirates ont encore quelques ressources. Plusieurs navires capturés, essentiellement des bateaux de pêche, sont utilisés comme bateaux-mères : le Aly Zoulfecar ou Zoulficar, qui est en “activité” dans le sud de l’Océan indien, entre Tanzanie et Mozambique. Le Jin Chun Tsai 68 et le Golden Wave (alias Geummi 305), ainsi que le Renuar et le Mv Blida. Et les pirates ont, encore, en leur possession plusieurs bateaux de pêche dont les Prantalay 11 et 12.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.