Les Emirats dotent la flotte des Seychelles de 5 nouveaux navires

crédit : Nation

La flotte de patrouille maritime des Seychelles est désormais équipée de cinq nouveaux navires. Les Emirats arabes unis avaient promis une dotation de navires au mois de juillet dernier. Six mois après, la promesse est tenue. Le Sheikh Saeed était, mardi (4 janvier), sur la base des gardes cotes seychellois de Bois de Rose pour présider la cérémonie de remise de cinq navires aux autorités des Seychelles : deux navires de patrouille et trois vedettes, dotés des dernières technologies.

115 iles à protéger contre les pirates

Le premier objectif reste la lutte anti-piraterie, comme l’assure le président de l’archipel, James Michel, qui est également le commandant en chef des forces armées. «La lutte contre la piraterie est notre premier souci aujourd’hui. (…) Cette dotation est d’une grande importance pour nos forces armées. Ce qui va augmenter notre capacité à lutter contre (cette) menace et permettre une surveillance maritime plus importante. Elle offrira un plus grand soutien et de sécurité à nos pêcheurs comme aux autres marins de la région ». Dans cet archipel qui compte 115 iles, il est très difficile de lutter contre la piraterie. Mais il existe aussi d’autres menaces, comme la pêche illégale (les revenus de la pêche sont une des principales ressources de l’île). Rien n’empêche donc ces navires de remplir toutes les fonctions de la présence de l’Etat en mer, comme l’action contre la pêche illégale.

Un doublement de la flotte des Seychelles

Les deux navires de patrouille ont été renommés et francisés. Longs de 30 mètres « La Flèche » comme « Le Vigilant » peuvent emporter un équipage de 15 marins. Les trois autres vedettes sont de dimension plus petite : 7 mètres, avec un équipage de 7 personnes. Mais ils peuvent atteindre une vitesse de 30 nœuds. Coût pour les Emirats : 15 millions $. Une bagatelle pour l’État du Golfe. Pour les Seychelles, petit Etat de l’Océan indien, cela représente néanmoins le doublement de sa flottille. Les gardes cotes disposent, en effet, déjà de deux navires fournis par l’Inde, le Topaz et l’Andromache qui se sont illustrés dans les précédents mois contre les pirates (1).

… et une aide européenne de 3 millions d’euros

Cette dotation très visible des Emirats arabes unis vient compléter d’autres aides, notamment celles versées par l’Union européenne. L’UE a ainsi fait, à la mi-décembre, un chèque de 3 millions d’euros aux Seychelles dans le cadre du Fonds européen de développement, avec comme objectif principal : le renforcement de la lutte anti-piraterie et de la surveillance maritime. Pour l’ambassadeur de l’UE, Alessandro Mariani, tel que l’a relaté notre confrère local « Nation », les Seychelles ont « joué un rôle constructif et important pour combattre ces actes illégaux non seulement au niveau national mais également en développant une stratégie régionale, qui a été adoptée lors de la seconde réunion ministérielle de la région, tenue en octobre 2010 ».

Cette subvention devrait couvrir aussi bien les coûts directs liés aux patrouilles maritimes et au renforcement des structures judiciaires et pénitentiaires pour la poursuite des pirates qu’une compensation pour l’industrie (touristique, navigation, pêche) de l’archipel touché par la piraterie. Les autres financements sont davantage tournés vers des projets, plus classiques, de développement ou sociaux.

Cette subvention entre dans une augmentation plus globale des financements pour les Seychelles. Ils ont été portés sur la période 2008-2013 à 20,4 millions d’euros contre 5,9 millions d’euros, comme prévu fin 2009.

(1) Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).