L’accord d’échange d’informations “classifiées” entre en vigueur avec Israël

Les services de sécurité de l’Union européenne (Conseil et Commission) viennent de le confirmer dans une lettre adressée au directeur du Malmab, le contre-espionnage militaire israélien. Le dispositif israélien est conforme aux exigences européennes. « Nous pouvons confirmer qu’Israël est capable de protéger et sécuriser les informations classifiées de l’UE en conformité avec les arrangements de sécurité prévus par l’accord » est-il mentionné.

Cette attestation, qui peut paraître formelle, est en fait l’élément nécessaire permettant à cet accord, conclu entre l’Union européenne et Israël, en juin 2009, d’entrer en vigueur. A la date de sa signature, le 24 novembre, les documents européens nécessaires peuvent être transmis à l’Etat concerné. Précisons qu’un tel accord existe avec de nombreux pays. Avec la Serbie, avec la Russie ou l’Australie, par exemple (1).

(1) Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).