Les pêcheurs basques dégagent un navire marchand de l’attaque pirates

Le Erroxape (crédit photo : Deia)

Dans un Océan indien où les pirates s’en donnent à coeur joie, la solidarité marine joue. Nous sommes le 18 novembre dans la soirée. Le MV Northern Valour, un gros cargo transportant habituellement des matières dangereuses et battant pavillon d’Antigua et Barbade, se trouve attaqué par un groupe de deux skiffs pirates au nord de Mahé, l’île principale des Seychelles. Il est à environ 400 milles au sud est de Mogadiscio (selon le QG anti-piraterie d’EUNAVFOR), 500 milles des côtes somaliennes et 240 milles de Mahé (selon d’autres sources). Les pirates sont tout proches, à 200 mètres seulement du bateau et ses occupants prêts à l’abordage. Le capitaine commence des manoeuvres de diversion, montant la puissance des machines jusqu’à 21 noeuds. L’équipage, non nécessaire aux manoeuvres, a l’ordre d’aller se mettre à l’abri dans la chambre sécurisée. Mais ce qui est intéressant – et ne figure pas dans les annales officielles d’EUNAVFOR – est l’intervention des marins pêcheurs basques du Erroxape.

Selon notre confrère basque, Deia, quand les marins du Erroxape entendent l’appel d’urgence du cargo sur le canal 16, ils se dirigent à grande vitesse vers le lieu de l’attaque. Quant il arrive en vue, il est moins une. Les pirates s’apprêtent à partir à l’assaut du cargo. Les agents de sécurité embarqués à bord du thonier ouvrent le feu. Après un rapide échange de tirs, les assaillants rompent le front et repartent d’où ils sont venus, à la recherche d’autres proies. C’est peut-être d’ailleurs le même groupe qui a attaqué ensuite le bateau de pêche seychellois, le Faith (1).

La solidarité marine a joué. Il faut dire que le capitaine du Erroxape sait ce qu’est une attaque pirates. Il y a quelques jours à peine (le 9 novembre), il en a été victime, à 360 milles des Seychelles. Et ce n’est pas le seul, les pêcheurs de Bermeo en voient de toutes les couleurs ces jours-ci : le Demiku le 6 novembre (2), l’Elai Alai le 31 octobre (3), les thoniers sont sous pression actuellement aux alentours des Seychelles.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).