La fin du service militaire en Allemagne : dans quelques mois

(crédit : Bundeswehr)

La suppression (ou plutôt la suspension) de la conscription en Allemagne entre dans sa phase d’application. L’engagement reposera désormais sur une base volontaire. Le ministre allemand de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg, a annoncé, lundi à Dresde (1), une date précise : le 1er juillet 2011. Ce qui est plutôt rapide. Mais n’est pas vraiment une surprise. La ministre allemande de la Jeunesse, Kristina Schröder, a déjà pris les devants sur son collègue de la Défense. Elle a présenté la semaine dernière un projet de loi créant un nouveau service volontaire qui viendra remplacer le service civil alternatif au service militaire dès le juillet 2011.

J’ai besoin de votre confiance,
de votre fidélité et de votre participation !
.

Le volontariat militaire

Il était temps pour la conscription qui avait un coup dans l’aile. De 145.000 soldats tenus au service obligatoire, en 2000, ils étaient moins de la moitié à le faire aujourd’hui. Et le raccourcissement de la durée de la conscription à six mois ne signifiait plus rien en termes opérationnels, selon les militaires, sans compter les coûts d’entraînement et de charges générales qui pesaient sur l’armée.

A l’issue de la réforme, la Bundeswehr qui compte aujourd’hui 240.000 personnes, officiellement, n’en comptera plus que 180.000 environ (un rapport militaire publié plus tôt dans l’année, cité par le Spiegel parlait d’un chiffre plus bas : 163.500 soldats). Le service militaire n’est cependant pas supprimé ; il restera inscrit dans la Loi Fondamentale et simplement suspendu (selon la même formule que pour l’abandon de la conscription en France).

Ce n’est pas le seul élément de la réforme. Au programme du ministre : la refonte de la carte des bases militaires allemandes, avec à la clé la suppression de certaines casernes ainsi que la suppression d’au moins 2000 emplois, militaires ou civils, au ministère. Cette restructuration devrait s’étaler sur deux ans. Economie à espérer, selon le ministère : 500 millions d’euros annuels.

Autant dire que les armées vont déguster… Et l’inspecteur général des armées, le général Volker Wieker, présent également à Dresde, pour présenter aux 300 responsables le projet de réforme, n’a pas hésité, à la fin de son intervention, à lancer un appel à la discipline J’ai besoin de votre confiance, de votre fidélité et de votre participation !.

Conférence de Dresde (crédit : Bundeswehr)

Le volontariat civil

Selon le projet de loi présenté par la Ministre Schröder, ce volontariat civil sera accessible à tous les Allemands ayant satisfait à l’obligation scolaire, y compris les femmes et les seniors. 35.000 places de volontariat par an seraient disponibles. Il sera effectué à plein temps (1 an), à mi temps pour les autres (2 ans). Ou pour six mois seulement dans certains cas. Chaque volontaire touchera environ une « solde » de 550 euros, couvrant à la fois les besoins de base et l’argent de poche. L’Allemagne compte déjà deux sortes de  services volontaires : le volontariat social (FSD) et le volontariat écologique (FÖJ), d’une durée d’un an et ouverts aux jeunes de moins de 26 ans.

(1) Voir sur le résumé de l’intervention du ministre de la Défense (en allemand) sur le site de la Bundeswehr

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).