11 pirates interceptés par le Galicia entre Kenya et Tanzanie

Tirs de sommation (Crédit : marine espagnole / Galicia)

Les marins espagnols du navire amphibie Galicia, qui participe à l’opération anti-piraterie Eunavfor Atalanta, ont intercepté, jeudi 4 novembre, 11 pirates somaliens “présumés” dans deux opérations distinctes menées entre le Kenya et la Tanzanie. Une zone, au sud de l’Océan indien, où s’activent désormais plusieurs groupes pirates (1). Et plusieurs navires marchands n’ont dû leur salut qu’à la présence d’équipes de sécurité privée ou aux manoeuvres de diversion entamées.

Suivant des informations communiquées par le QG d’Atalanta, l’unité spéciale d’abordage (Unitad de Guerra Naval Especial) du Galicia s’est d’abord dirigée vers un navire suspect doté de deux gros moteurs hors bord et de nombreux bidons de gasoil (au moins 1000 litres). Tous les signes d’un bateau-mère… Ses 7 occupants ont été appréhendés. Quelques heures plus tard, deux autres skiffs ont pu être localisés par l’hélicoptère du Galicia. S’en est suivie une course poursuite, de plusieurs heures, selon les précisions données par la marine espagnole, durant laquelle un des skiffs a pu s’enfuir. L’autre skiff avec 4 suspects à bord a été arraisonné. Les 11 suspects ont, ensuite, été transférés à bord du Galicia, interrogés. Selon la procédure habituelle, les empreintes digitales ont été relevées. Mais après concertation avec le QG Atalanta, la décision a été prise de relâcher les suspects, remis à bord d’un bateau avec combustible, eau et vivres suffisants pour rejoindre la côte.

C’est le quatrième groupe-pirates démantelé depuis le 1er septembre, début de la participation du Galicia à l’opération européenne, précisent les Espagnols.

(1) Lire notamment:

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).