Il y a 20 ans ! Quand le service diplomatique et l’Europe de la Défense ont failli … naître

(Dossier) Automne 1990. La CEE pense à effectuer sa mue. Et on est à la veille d’une nouvelle conférence intergouvernementale (CIG), ou plutôt de deux. Le Conseil européen de Madrid en juin 1989 puis celui de Dublin en juin 1990 ont en effet fixé une feuille de route. Sur son agenda, le dirigeant européen peut trouver deux sujets de taille : la création d’une Union monétaire et d’une Union politique. Ce n’est pas un simple débat d’idées, c’est bel et bien l’élaboration de deux nouvelles politiques qui s’esquissent.

Les 6 et 7 octobre, les ministres des Affaires étrangères des 12 se réunissent ainsi à Venise, pour avancer sur la création d’une politique étrangère et de sécurité commune. Le 15 octobre 1990, le Parlement européen rappelle sa vision de l’avenir de la Communauté et la route vers une « véritable » Union européenne. Le 21 octobre 1990, la Commission européenne présente son avis sur la révision du Traité concernant l’Union politique (1). Elle avait déjà fait de même, le 21 août sur l’UEM.

Entretemps en Yougoslavie, le feu qui couvait sous la cendre commence doucement à s’embraser. En Croatie, en Bosnie, au Kosovo, la violence brutale cède le pas aux invectives nationalistes des dernières semaines (2). Les groupes paramilitaires, dirigés depuis Belgrade passent à l’action pour contrer des tentatives séparatistes.

Mais les Européens n’ont pas que cela sur le feu. La chute du mur et des barbelés entre l’est et l’ouest de l’Europe oblige à agir envers les pays d’Europe centrale et orientale. Tandis que la réunification allemande est scellée le 3 octobre 1990. Au Moyen-Orient, c’est la crise du golfe, déclenchée par l’invasion du Koweit par l’Irak début août. Une première force coalisée maritime est déployée en Méditerranée, mer rouge et dans le Golfe persique, pour imposer l’embargo décidé par le Conseil de sécurité de l’ONU. Les navires européens y participent dans le cadre d’une opération maritime propre, sous couvert de l’UEO (L’Union pour l’Europe occidentale). Les derniers Français gardés en otage en Irak sont libérés le 23 octobre…

C’est dans ce contexte, chargé que s’ouvre les 26 et 27 octobre 1990, à Rome, un sommet spécial consacré à l’UEM et l’Union politique (3). A ce moment, les deux sujets sont à égalité de débat, et nul ne sait encore vraiment si l’un ou/et l’autre déboucheront vraiment. Car certains pays soufflent le chaud et le froid. Les 14 et 15 décembre, les Douze décident d’ouvrir non pas une mais deux CIG, chacun consacrée à un dossier (4).

Dossier, lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Inscrivez-vous à notre newsletter