A l’OTAN : Вы говорите по-русски ?

L’OTAN, régulièrement, renouvelle une partie de ses effectifs. Le dernier appel à CV publié par l’organisation pour un de ses officiers de presse est signe d’une évolution rapide. Outre les qualités habituelles requises (diplôme, connaissances des organisations internationales et des questions de défense, pratique du français et/ou de l’anglais), est apparue une autre pré-condition : “parler russe (ou une autre langue slave)” serait un plus apprécié, est-il mentionné. L’ouverture de l’organisation à la Russie nécessite, en effet, de parfaire la connaissance du monde médiatique russe et d’avoir des opportunités plus grandes de communication. La fin de la période du glaçon…

Télécharger : Press Officer, Public Diplomacy

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).