Nouveaux chefs à EUPOL et EUSEC RD Congo

(BRUXELLES2) Deux nouveaux chefs vont être nommés dans les missions européennes déployées en république démocratique du Congo (RDC). Ces nominations doivent être avalisés, ce vendredi au COPS, le comité politique et de sécurité de l’UE. Le général portugais Antonio Martins dirigera la mission EUSEC (assistance à la réforme de sécurité) tandis que le commissaire divisionnaire belge Jean-Paul Rikir dirigera la mission EUPOL (assistance à la réforme des forces de police).

Crédit : ministère portugais de la Défense

Un para portugais à la tête d’EUSEC Congo

Habitué des missions internationales, Antonio Martins est aujourd’hui le commandant de la Zone Militaire des Açores‏ (depuis 2008). Né en 1953, il a commencé sa carrière militaire en 1974 au Régiment de Chasseurs Parachutistes, année historique de la révolution des Oeillets. Il a ensuite suivi les cours de l’Académie Militaire de Lisbonne et l’Institut d´Etudes Supérieures Militaires à Lisbonne. Instructeur parachutiste à l’Ecole des Troupes Aéroportées, commandant de Compagnie de Parachutistes et commandant de la compagnie d´Appui et Services au 31e Bataillon de Parachutistes de Tancos, c’est un parachutiste chevronné avec plus de 1000 sauts certifiés. Il a aussi occupé plusieurs postes d’Etat-Major : chef du G1 de la Brigade Indépendante Aéroportée et Chef du G3 des Troupes Aéroportées de Tancos. Au chapitre des missions internationales, notons qu’il a été chef d’équipe de la première mission « Défense » qui soit, la Mission d’Observation de la Communauté Européenne en Yougoslavie (1991). Il retourne dans les Balkans ensuite, avec avec son bataillon en Bosnie Herzegovine pour une mission de l’OTAN-SFOR, dans les années 1999-2000. Il a été un des premiers officiers de la mission EUSEC Congo, en juin 2005, comme conseiller au général chef des Forces Armées de la RD Congo pour le processus de réforme de secteur de la défense.

 

Un « gendarme » belge à la tête d’EUPOL

Pour Jean-Paul Rikir, la mission EUPOL au Congo n’a vraiment rien de nouveau. Il en est l’actuel chef adjoint depuis novembre 2008, plus particulièrement chargé de la réforme de la Police nationale congolaise (PNC) et de son interface avec la justice (police judiciaire).

Né à Welkenraedt (est de la Belgique) en 1959, c’est un ancien gendarme, formé à l’école des officiers de la gendarmerie en 1981 et à l’université de Liège en criminologie, il sert d’abord à l’escadron d’infanterie des 4e et 5e groupes de gendarmerie mobile (1983 à 1986) avant de diriger le peloton du POSA (les unités anti-criminalité de la gendarmerie) de Liège – Luxembourg (1986 à 1993). Il devient alors chef du service achats de la gendarmerie puis directeur de ce service au sein de la Police fédérale, après la fusion police gendarmerie (1993 à 2008).

Fonction interrompue une première fois par une mission sur le terrain international, en novembre 2005 (jusqu’en mars 2007), au sein de la mission européenne de police en Palestine (EUPOL COPPS), comme responsable de l’administration et des finances. Tâche peu facile dans le contexte de soupçon de corruption ambiant comme de la victoire du Hamas aux élections en janvier 2006.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).