Destruction d'un skiff pirates par le Galicia (Crédit : EUNAVFOR Atalanta)
Destruction d’un skiff pirates par le Galicia (Crédit : EUNAVFOR Atalanta)

(BRUXELLES2) – mis à jour 27 sept et 1er oct – Le navire amphibie, Galicia, qui participe à l’opération européenne anti-piraterie (EUNAVFOR Atalanta) déployée dans l’Océan indien a libéré, le 24 septembre, un bateau de pêche kenyan (le Sherry), détourné par les pirates et utilisé comme bateau mère, annonce la marine espagnole.

Détectés au radar

Lors d’une patrouille, les marins du Galicia ont détecté, au radar, un navire. En observant avec plus d’attention, ils ont aperçu, sur le bord du boutre, plusieurs personnes qui faisaient des signes pour attirer son attention. Une équipe de visite a alors abordé le bateau. L’équipage a également averti les marins de la présence de quatre pirates à bord. Ceux-ci ont reconnu leur état et été arrêtés sans résistance, précise-t-on du coté de la marine espagnole. Mais une partie des pirates a pu s’enfuir. Peu de temps avant d’être interceptés, le reste des pirates a pris la fuite à bord d’un skiff, avec des armes et des munitions, selon le témoignage des dix membres d’équipage libérés. L’hélicoptère du Galicia s’est lancé à la poursuite du bateau pirate.

Les suites judiciaires

Les 4 pirates appréhendés seront jugés par les autorités kenyanes. Ils ont été remis à l’arrivée du Galicia à Mombasa le 29 septembre. Information confirmée par le QG Atalanta. Les intéressés ont plaidé non coupables. La magistrate principale de la Cour de Mombasa, Lillian Mutende, a refusé, le 1er octobre, selon la presse kenyane, leur libération sous caution, dans “l’intérêt de la justice”. Elle estime qu’il y a peu de chance qu’ils se représentent devant le tribunal. Le dossier pourrait être examiné le 19 octobre.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).