Cathy Ashton au Moyen-Orient, en direct de Washington

Cathy Ashton à Washington, le 29 septembre (crédit photo : Commission européenne)

(BRUXELLES2) Comme un écho aux critiques répétées de plusieurs pays – comme la France et l’Espagne – sur l’absence de l’Europe au Moyen-Orient, Cathy Ashton, la Haute représentante de l’UE, a décidé un voyage surprise au Moyen-Orient, ce jeudi et vendredi (ainsi qu’annoncé par twitter). A cette occasion, elle devrait avoir des rencontres de « haut niveau »: avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le « président palestinien », Mahmoud Abbas et l’envoyé spécial des Etats-Unis pour la paix au Proche-Orient, George Mitchell.

L’objectif de la visite est bien d’ailleurs celui-là : « encourager les Israe?liens et les Palestiniens a? trouver une fac?on satisfaisante de faire en sorte que les ne?gociations continuent et prennent de l’e?lan » et « manifester le soutien de l’Union a? la poursuite des discussions directes israe?lo–palestiniennes apre?s la de?cision d’Israe?l de ne pas proroger le moratoire sur la colonisation ». Décision regrettable. Cathy Asthon l’a encore affirmé : « je regrette la de?cision israe?lienne de ne pas proroger le moratoire sur la colonisation. Au cours de ma visite je re?ite?rerai l’appel aux deux parties a? agir de manie?re responsable et a? choisir la voie de la paix. Il n’y a pas d’alternative a? une solution ne?gocie?e. »

Ce faisant, Cathy Ashton marque un point en montrant son intérêt pour ces pourparlers qu’elle semblait avoir délaisser en préférant un voyage en Chine (1) et également son entregent pour obtenir des rendez-vous de haut niveau. Mais elle le fait de façon maladroite, à mon sens, en expliquant, très officiellement, qu’elle a décidé ce voyage « après avoir parlé à l’envoyé spécial des Etats-Unis pour la paix au Moyen-Orient, George Mitchell et l’envoyé du Quartet Tony Blair ». Pas un mot, pas un seul, des ministres européens. C’est bizarre comme procédé. On ne voudrait pas accréditer l’idée que Cathy est aux ordres de Washington et des travaillistes que l’on ne s’y prendrait pas autrement…

(1) Nouvel échange de lettres entre Cathy et ce « cher Bernard »

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).