Le Kenya met ses bureaux de change sous surveillance

(B2) Le gouvernement kenyan a pris toute une série de mesures, relayée aujourd’hui par la presse kenyane, pour mieux surveiller la circulation « d’argent sale » dans le pays. Il veut mettre ainsi sous surveillance les bureaux de change de monnaie étrangère (forex) ainsi que mener un audit dans ces bureaux. Un amendement à la loi sur la banque centrale (Central Bank of Kenya Act) a été rédigé afin de pouvoir accéder aux informations obtenus de ces audits. On soupçonne notamment les pirates d’utiliser ces voies pour « blanchir » l’argent des rançons. Le gouvernement, très préoccupé par la question, et mis sous pression internationale, semble désormais prêt à agir.

(NVG)

Lire également:Le Kenya veut tracer l’argent illégal (des pirates) sur son territoire

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).